La Gazette de la grande ile

Train-train quotidien : La population malgache vit dans la méfiance !

Publié le 03 octobre 2018

Actuellement, Madagascar est plongé dans une situation de crise assez complexe et l’élection présidentielle est perçue par un grand nombre de personnes comme voie de sortie. La population malgache vit dans l’insécurité totale que leur train-train quotidien se résume à la crainte de se faire agresser à chaque coin de rue. Ce que la population malgache attend des différents candidats à la présidentielle c’est qu’ils règlent la situation qui inquiète plus d’un. Le seul candidat à la présidentielle 2018 qui met un point d’honneur à rendre la lutte contre l’insécurité effective est le candidat numéro 27, le général Jean Ravelonarivo. Etant un général, il a le remède contre le fléau qui mine le développement. Notons qu’il est déjà passé au pouvoir en tant que Premier ministre durant le régime Hery Rajaonarimampianina et que durant son passage on a constaté un résultat positif concernant la lutte contre l’insécurité et la corruption même si son pouvoir était très limité. Le régime en place l’a évincé puisqu’il constituait un gêne pour le bon déroulement des affaires malsaines. Depuis, il était resté au silence en attendant l’élection car il est conscient que s’il n’a pas le plein pouvoir il ne pourra pas mener le combat à son terme. La raison qui l’a poussé à se présenter candidat à la présidentielle de 2018. Bien décidé, il n’a pas attendu longtemps à déposer son dossier de candidature auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) puisqu’il a été le second candidat à effectuer la déposition. Constatant que le pays est plongé dans un état de perversion total, il fait surface et ne conçoit pas faire machine arrière dans l’objectif à atteindre, c’est-à-dire gagner les élections et ainsi changer le mode de gouvernance qui prévaut dans le pays. En rencontrant diverses communautés de la Grande Ile, nombreux sont ceux qui se plaignent de l’insécurité ambiante et vit dans la crainte et la méfiance totale.

Jean Riana

 

 

Lire aussi