La Gazette de la grande ile

Dégradation environnementale : Un cas qui mérite plusd’attention

Publié le 04 octobre 2018

L’environnement se dégrade de jour en jour et ce à un rythme effréné en raison des actions de l’Homme lui-même avec les feux de brousse qui font rage, les trafics divers… La végétation de Madagascar en pâtit en raison de cela. Notons que même dans les Aires Protégées, on peut observer des feux se déclencher. Les responsables au niveau de Madagascar National Parks (MNP) ont d’ailleurs rapporté que presque la moitié du réseau sont sensibles aux feux de végétation et y fait face chaque année. Il semblerait que 58% des feux au niveau des 43 Aires Protégées gérées par MNP apparaissent généralement au cours du mois de septembre, octobre et novembre. Il faut savoir que plusieurs hectares des forêts de Madagascar partent chaque année en fumée durant les saisons sèches à cause des feux de brousse. Toutefois, les causes des feux qui se déclenchent en forêts peuvent être d’origine naturelle comme les feux de foudre dans le Parc national Isalo en 2017 ou intentionnelles comme lors du passage des dahalo (Parc National Bemaraha, Parc National Kirindy Mité…). Dans le Sud, les dahalo usent de tous les moyens pour faciliter leur pillage, quitte à brûler les forêts pour faire diversion et occuper les villageois. Pour le cas des Aires Protégés, MNP développe et entretient  des aménagements destinés à prévenir les incendies de forêt et à favoriser la lutte contre les feux comme la mise en place des infrastructures contre le feux, à savoir la construction de tours de guets dont le rôle est de faciliter les interventions et de limiter les dégâts en cas de feu déclaré, mais qu’en est-il des Aires sauvages ? Il faut prendre en considération tous les secteurs pour la préservation durable de l’environnement. Mis à part les dégradations forestières, le manque d’hygiène et le non-respect de l’assainissement nuit également à l’environnement. Le Mouvement des Citoyens Patriotes Ecologistes (MCPE) ont d’ailleurs déjà tiré la sonnette d’alarme à propos de cela en appelant les autorités à prendre leur responsabilité vu que les ordures s’entassent un peu partout. Le MCPE ne s’est pas arrêté là, mais a tenu une conférence débat sur le sujet à l’hôtel Panorama à Andrainarivo hier, l’objectif étant de promouvoir la bonne gouvernance en terme d’assainissement.

Jean Riana

Lire aussi