La Gazette de la grande ile

Ranjivason Jean-Théodore : un ultimatum de …12 heures

Publié le 11 octobre 2018

A la tête d’un collectif de petits partis et d’Ong, l’ancien ministre Ranjivason Jean-Théodore s’est manifesté hier lors d’une conférence de presse. Très critique sur la situation économique de l’île mais aussi sur les imperfections des préparatifs électoraux, il a dénoncé la tenue d’un scrutin « au forceps », la vente des ressources nationales aux étrangers, la collusion entre officiers de l’Armée et dirigeants politiques dans l’ « œuvre de destruction nationale » etc. On notera surtout une accusation sévère à l’encontre de la Haute Cour Constitutionnelle (Hcc) « juge et partie » aux élections et qui jette l’opprobre sur toute la justice malgache. En terminant sa diatribe, Ranjivason Jean-Théodore s’est écrié ainsi : « Cela suffit ! La coupe est maintenant pleine ! ». L’homme adresse donc un ultimatum de 12 heures aux autorités afin qu’elles « prennent leurs responsabilités » ( ?), faute de quoi, le collectif n’est plus responsable de ce qui pourrait se passer. Beaucoup de flou donc dans les intentions de ce regroupement, ce qui réduit  grandement la portée de son message. On a peut-être affaire à des personnalités qui, n’étant pas entrées en lice à l’élection, veulent faire parler d’elles d’une autre façon.

Un des leaders du parti Mfm, Ranjivason Jean-Théodore fut ministre de la Jeunesse et des Sports sous Marc Ravalomanana. Fondateur ensuite du parti Matsilo, il fut nommé Cst sous la transition. Mis sur la touche par le régime Rajaonarimampianina (contrairement à ses ex-collègues du Mfm comme Olivier Rakotovazaha, actuellement sénateur), l’homme est retourné à l’Université d’Antananarivo où il a toujours enseigné la langue malgache. En mars dernier, il était déjà apparu devant la presse pour lancer la prédiction suivante: à cause des fraudes et des achats de voix, la prochaine élection présidentielle sombrera dans le chaos.

A.R

 

Lire aussi