La Gazette de la grande ile

Publi-reportage : ENTRETIEN AVEC JEAN RAVELONARIVO

Publié le 12 octobre 2018

LA GAZETTE DE LA GRANDE ILE (LGDI) : Monsieur Le Premier Ministre, Mon Général, c’est à nouveau un plaisir de vous interviewer. Vous avez déjà répondu à de nombreuses questions mais il y en encore beaucoup d’autres. Avez-vous des idées constructives en faveur des personnes âgées qui se sentent délaissées par les politiciens alors qu’elles votent?

JEAN RAVELONARIVO (JR) : Je vous suis reconnaissant pour ce nouvel entretien et pour la qualité de vos questions. Les personnes âgées sont de plus en plus exclues. C’est contraire à nos valeurs et à nos traditions. Les retraités ont leur place dans la société traditionnelle et dans la vie moderne. Je refuse que les personnes âgées sombrent dans la pauvreté et l’exclusion. Je bâtirai des maisons de retraite. J’augmenterai considérablement le montant des pensions de retraite. Je souhaite davantage de rencontres et d’échanges entre les jeunes et les seniors afin que les premiers bénéficient de l’expérience des seconds.

LGDI : A propos de personnes exclues, les individus handicapés méritent une attention particulière. Qu’en pensez-vous ?

JR : Même diminués et vulnérables, les handicapés sont des individus à part entière. Ils n’ont pas choisi leur infirmité. Ce sont des citoyens et des contribuables comme nous. Ce ne sont pas des citoyens de seconde zone. Nous avons beaucoup des leçons de courage à apprendre des handicapés. Je construirai des écoles spécialisées et des centres de rééducation  pour les handicapés physiques et mentaux. Les handicapés bénéficieront de cartes de réduction dans plusieurs domaines. Je favoriserai l’insertion des handicapés dans les entreprises.

LGDI : A présent, je souhaiterais avoir votre avis sur des sujets en rapport avec les finances et la nouvelle économie. Quelles actions comptez-vous entreprendre en faveur du secteur bancaire ?

JR : Les banques et les organismes de micro finance sont importants car on ne peut rien faire sans capitaux. La modernisation de la loi bancaire est une nécessité. Je faciliterai l’octroi d’agrément pour l’installation de nouvelles banques. Cela favorisera une libre et saine concurrence. Je me battrai pour une réduction des taux d’intérêts. Il faut développer rapidement la micro finance et le mobile banking.

LGDI : Dans les pays modernes, les sciences et les technologies jouent un rôle important dans le développement. Avez-vous des propositions concrètes sur ce sujet ?

JR : Je suis convaincu que les sciences et les technologies sont un facteur de progrès. Elles sont appelées à intervenir de plus en plus dans notre vie quotidienne. Madagascar peut et doit rattraper son retard technologique. Pour réduire la fracture numérique, le réseau Internet sera étendu. Je souhaite que de plus en plus de jeunes s’orientent vers les filières techniques et technologiques.

LGDI : Restons dans l’économie. Avez-vous une vision claire et un programme concret pour développer le tourisme ?

JR : Le tourisme profite à l’économie et au rayonnement du pays à l’étranger. Le tourisme apporte des devises. Certains étrangers viennent à Madagascar en qualité de touristes puis ils reviennent en tant qu’investisseurs. C’est une bonne chose. Concrètement, je développerai des zones touristiques dans chaque province et même plusieurs par région. Je souhaite former davantage de guides touristiques. Je souhaite également que le tourisme des nationaux se développe aussi. J’encouragerai les investissements dans le secteur touristiques, à travers des avantages fiscaux sans précédents. Je ferai venir davantage de bateaux de croisière pour qu’ils fassent des escales dans nos ports. Je ferai en sorte que le nombre de touristes  augmente de 50% par an. Il est de même pour la rentrée des devises issues du tourisme. Parallèlement, je demanderai à la Justice d’être très sévère envers les auteurs et les complices de tourisme sexuel.

LGDI : Les opérateurs touristiques sont des commerçants parmi d’autres. Parlons des commerçants en général. Avez-vous des idées concrètes pour aider les commerçants ?

JR : Je soutiens tous les commerçants Malagasy et étrangers, grossistes et détaillants, importateurs et distributeurs. Il y a de la place pour tout le monde. Je suis pour la liberté de commerce mais il y a des balises à mettre en place et à respecter. A titre d’exemple, je compte lutter contre la concurrence déloyale, je souhaite que tous les commerçants du secteur informel  rejoignent le secteur formel et je tiens à ce que des produits de qualité non périmés soient proposés aux consommateurs.

LGDI : Commerçants et industriels sont les maillons d’une même chaîne. Quelles solutions les industriels peuvent-ils espérer de votre part ?

JR : L’industrie favorise la création de richesses et d’emplois. Je m’engage à accroître le taux d’industrialisation. Je m’engage à accroître le poids de l’industrie dans le produit intérieur brut. L’industrie malgache peut percer au niveau régional. Je promets de protéger les industries malgaches contre les importations sauvages et de les appuyer pour les exportations. Cela implique un assainissement au niveau des Douanes.

LGDI : Monsieur Le Premier Ministre, Mon Général, nous arrivons au terme de cette troisième entrevue. Nous vous remercions pour toutes ces réponses précises et porteuses d’espoir.

JR : Encore merci à vous et à vos lecteurs.

Propos recueillis par Lola R et PN.

Lire aussi