La Gazette de la grande ile

Publi-reportage : Le triangle du Nord carbure à l’IEM

Publié le 12 octobre 2018

Sambava, Andapa,  Ambanja et Befandriana. Ce sont les quatre autres districts visités par le couple Rajoelina et son équipe de campagne hier. Avec une constante : carton plein à chaque apparition.

Réglé comme une horloge suisse, le chronogramme du Président de l’IEM est parfaitement respecté.  Avec 4 districts en une journée, le record a été battu. Preuve d’une organisation huilée, préparée et dirigée par des experts en la matière, dont le professionnalisme et le  perfectionnisme sont à l’image du candidat numéro 13. Ce dernier, en effet, fait de l’excellence son allié en toute chose. Tous les détails sont passés au peigne fin. Même ceux jugés négligeables. Car à un moment donné, ils pourront être source de désagréments. Ce, pour éviter que l’adage selon lequel « le diable se cache toujours dans les détails pour surgir au moment où on s’y attend le moins » ne se réalise dans le périple orange. Fort de plus de 2 décennies de vie entrepreneuriale et de 10 ans de parcours politique (Mairie et Transition), Andry Rajoelina a accumulé des expériences et appris de ses erreurs. Capitalisant tout  ceci, il a acquis une expérience pointue en la matière.

La pluie matinale à Andapa n’a pas empêché l’affluence de la foule. La  population s’est plainte  de l’insécurité chronique prévalant, faisant plusieurs  victimes chez les planteurs de vanille. Les jeunes ont déploré le manque criard d’infrastructures sportives. À cela, le président de l’IEM a promis la construction d’un stade mixte aux normes à réaliser dans les 3 mois après son élection.

« Votre êtes notre seul et unique candidat. Nous ne connaissons que le numéro 13 », a affirmé le porte-parole de la population. « Vous êtes dans mon  cœur », répliqua Andry Rajoelina. On s’aime  d’un amour sincère. Notre amour, nous allons le coucher par écrit et le signer. Quand 2 amoureux se donnent un rencart, s’ils s’aiment réellement, ils y viendront tous deux. Sans se faire faux bond ni se poser un lapin. Voilà pourquoi je vous donne rendez-vous ce 7 novembre prochain. Ne manquez pas de voter pour le numéro 13 en guise de preuve de cet amour sincère qui nous lie ». Mettant l’accent sur la lutte contre l’insécurité, il a promis d’en faire la priorité de toutes les  priorités!  Il a déjà une idée innovante là-dessus. Laquelle il mettra en œuvre dès son accession au pouvoir. S’il obtient la confiance des électeurs. Car aucun projet durable ne peut se réaliser  sans un niveau de sécurité acceptable. D’ailleurs a-t-il  précisé, une coopération avec des partenaires étrangers est en cours actuellement pour établir un plan de sécurisation permanent sur toute l’étendue du territoire national et dans tous les secteurs de la vie. Ce, afin de permettre à tous les citoyens de travailler en toute quiétude et sérénité. Tout gouvernant qui se respecte se doit d’assurer les tâches régaliennes dévolues à l’État central. Dont la sécurité nationale et l’ordre public ne sont pas les moindres.

À Befandriana  et Ambanja, un seul  leitmotiv : nous voterons pour Andry Rajoelina. Il sera élu à  90% dans notre district. Ambilobe est le district qui a eu le privilège d’accueillir en premier lieu l’IEM le 8 mars dernier. Le Président leur a recommandé de protéger leur choix. « Aucun de ces candidats ne peut m’égaler. Je serai  le champion », s’est-il félicité. Sur les 36 candidats, seul Andry Rajoelina est patriote, doté d’une vision. « Nous allons changer l’histoire ensemble. Pour la première fois de l’histoire, nous réussirons à développer Madagascar en l’espace de 5 ans. Et croyez-moi, tous les Malgaches sans exception bénéficieront de cette émergence. Et vous, vous en faites partie, mes amis d’Ambilobe », a-t-il tonné. « Vous êtes de grands producteurs de cacao. Mais à notre grand dépit, Madagascar est encore loin des performances de la Côte-d’Ivoire et du Ghana. Alors que nous avons plus de potentiel agricole que ces pays. Nous allons remédier à cela ». Ainsi donc, l’affluence populaire incommensurable devient une bonne habitude pour le Président de l’IEM depuis le démarrage de la campagne électorale, lundi à Antsiranana.

Jour après jour, le slogan “premier tour de vita” (plié dès le premier tour) prend de plus en plus forme. Le TGV Orange, bien arrimé sur les rails de la Foi, la  Confiance, la Volonté, garde son cap et maintient sa vitesse de croisière. Se jouant des pièges et blocs de rocs  jetés rageusement sur la voie ferrée par ses concurrents perclus et impuissants.

La victoire, dit-on, sourit aux optimistes et aux  audacieux…

Remaha.

 

Lire aussi