La Gazette de la grande ile

Premiers résultats : Rajoelina devant Ravalomanana !

Publié le 08 novembre 2018

D’après les résultats recueillis jusqu’à hier tard dans la nuit : l’élection présidentielle se résume à un face-à-face Andry Rajoelina-Marc  Ravalomanana, avec un net avantage pour le premier. Les autres ténors de la compétition en sont réduits à un rôle de figurants, et semblent s’écarter pour laisser les deux rivaux se livrer un duel sans merci. Le plus surprenant à ce sujet est Hery Rajaonarimampianina, le chef d’Etat sortant qui, sur les traces des deux candidats de tête, ne recueillent que des miettes. Idem pour les anciens Premiers ministres Jean Ravelonarivo, Mahafaly Olivier et Omer Beriziky, complètement éteints sauf dans leurs régions d’origine. Les plus décevants sont l’ex-chef d’Etat Didier Ratsiraka et son neveu l’ex-ministre Roland Ratsiraka qui, malgré un patronyme prestigieux, ont été étrillés même dans leurs fiefs traditionnels. Face à la vigoureuse lame de fond envoyée par Andry Rajoelina et accessoirement par Marc Ravalomanana, les autres candidats ont été balayés comme des fétus de paille, même ceux qui ont une certaine notoriété dans leurs domaines, comme le pasteur Mailhol André, le chanteur Dama, l’industriel Erick Rajaonary, le fédéraliste Tabera Randriamanantsoa ou le sociologue Paul Rabary.

Les premiers résultats furent à l’image de la campagne. Les candidats dotés de moyens, qui ont donné vie et animation à la campagne, ont récolté les dividendes de leurs efforts. Ils se sont adjugés les suffrages les plus volumineux et caracolent en tête de la course. Mention spéciale pour Andry  Rajoelina qui était le candidat qui en voulait le plus et qui était secondé par un comité de soutien dynamique et inventif. Il a mené une campagne inédite car en plus des traditionnels meetings unicolores, t.shirts, fanions et casquettes, il a ajouté de véritables innovations comme l’usage des sms, des e.mail et des réseaux sociaux. L’ex-chef de la transition a dominé la compétition de la tête et des épaules, et a même exercé un effet bulldozer dans les provinces. Dans beaucoup de bureaux de vote du littoral, il a atteint des pics qui flirtent avec les 95% et même plus. De tout ceci, il ressort qu’Andry Rajoelina a pris une solide option vers la victoire dès le premier tour…

La grande question est de savoir si Marc Ravalomanana aura assez de jus pour freiner l’essor d’Andry Rajoelina et pour l’empêcher d’atteindre les 50%. L’homme a bien résisté dans la capitale et ses environs, à Antsirabe ainsi que dans les chefs-lieux de province, mais selon les derniers résultats, il n’est pas encore en position de contraindre Andry Rajoelina à un second tour. En plusieurs endroits du littoral, l’ex-chef de la transition a littéralement écrasé le patron de Tiko. Mais là où ce dernier l’emporte, l’écart n’est jamais décisif. Dans ce scrutin dans lequel la configuration s’est bien dessinée dès les premiers résultats, le seul suspens réside dans l’existence ou non d’un second tour. Sur les 35 concurrents dont la plupart ont quand même de l’étoffe, Marc Ravalomanana est le seul qui a résisté à la tornade orange et qui entretient le doute sur l’issue d’un scrutin presque à sens unique.

Que faire pour barrer la route d’Iavoloha à un Andry Rajoelina qui a étouffé ses adversaires ? Si au second tour, l’industriel des produits laitiers veut faire jeu égal avec ce candidat dominateur, il doit lui aussi se doter d’une …vache à lait.

Adelson RAZAFY

Lire aussi