La Gazette de la grande ile

Lenteur du traitement des résultats : la CENI se justifie

Publié le 09 novembre 2018

La lenteur du traitement des résultats venant des SRMV crève les yeux. Un jour après le scrutin, les résultats publiés par les QG dépassent largement ceux de la CENI. Effectivement, 24 heures après la fermeture des bureaux de vote, la CENI n’a pu traiter que 358 sur les 24.852 recensés. Cependant, certains QG prétendent en arriver à plus de  50% du traitement.

Cette lenteur n’est pas passée inaperçue et les commentaires commencent à pleuvoir. Une des 36 candidats, Arlette Ramaroson n’a pas mâché ses mots sur l’incompétence de la CENI. Selon elle, les responsables de la commission méritent d’être enfermés.

Le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo apporte des explications à ce sujet. Le problème réside dans la procédure. Lui de souligner que le procès-verbal (PV) venant des SRMV passe d’abord au scan. Vient ensuite la saisie sur ordinateur. Ce n’est qu’après le scan et la saisie que vient la vérification.

Thierry Rakotonarivo de rassurer que les équipes de la CENI se sont désormais accoutumés à cette méthode de travail et cette lenteur se fera moins ressentir. Après cette déclaration, la commission n’a pu traiter que 45 PV, en l’espace de deux heures. A ce rythme-là, le traitement des résultats des BV dans leur totalité prendra une quarantaine de jours, et encore si la CENI travaille 24h/24. Et dire que le traitement manuel d’autrefois est bien plus performant que dans le traitement informatisé actuel.

Annie N.

Lire aussi