La Gazette de la grande ile

Norbert Ratsirahonana : Pas mort encore une fois

Publié le 13 décembre 2018

Lapsus très remarqué d’Andry Rajoelina lors du débat télévisé de dimanche dernier. Evoquant le fondateur du parti Avi en effet, le chef de la transition a parlé de « Itompokolahy Norbert Ratsirahonana », c’est-à-dire feu Norbert Ratsirahonana, comme si l’intéressé était déjà décédé. En fait, comme Norbert Ratsirahonana, âgé maintenant de 80 ans, se terre depuis longtemps dans son domicile d’Ambatoroka sans donner signe de vie, beaucoup l’ont déjà enterré et le croient (comme Andry Rajoelina dimanche) mort. Mais il se trouve aussi que beaucoup souhaitent la disparition de ce politicien retors et traître, qui fut tour à tour ambassadeur itinérant du chef d’Etat Marc Ravalomanana, conseiller Spécial du chef de la transition Andry Rajoelina et conseiller spécial du président Hery Rajaonarimampianina. Qualifié de « faiseur de roi », l’homme en fait agit en fonction de ses intérêts personnels et n’hésite pas à trahir quand il le juge bon. D’où son parcours en zigzag qui repousse et qui fait de lui actuellement un homme isolé. En tout cas, requis comme témoin dans l’affaire de l’hôtel de ville d’Antananarivo, beaucoup savent qu’il va intervenir non en faveur de la vérité, mais comme toujours au   gré de ses intérêts personnels. S’étant déjà prononcé pour Andry Rajoelina dans l’actuelle élection présidentielle, il ne manquera dans son témoignage d’avantager ce candidat, en ayant en vue encore une fois un poste juteux de conseiller spécial. Rappelons que ce n’est pas la première fois que Norbert Ratsirahonana est donné pour mort, car évacué à La Réunion pour un contrôle médical en avril 2012, les rumeurs de son décès ont aussitôt enflé, notamment sur la toile. Dans l’île sœur d’ailleurs, il fut accueilli avec des banderoles des Gtt (pro-Ravalomanana locaux) où il était inscrit « Matesa faingana ! » (Meurs rapidement !). Dans son cursus, ce qui a le plus outré et ce qui l’a définitivement discrédité, c’était quand nommé chef d’Etat par intérim en 1996 pour organiser le scrutin présidentiel qui a suivi l’empêchement du Pr Zafy Albert, il s’était ….porté candidat à cette élection, comptant sur son titre pour l’emporter. Mais l’électorat ne fut pas dupe et ne l’a crédité que de 10% des voix.

L’évènement qui a mis en évidence l’état de déconsidération dans lequel Norbert Ratsirahonana est tenu : le sommet des anciens chefs d’Etat de janvier 2015 organisé à Ivato par le FFKM (Conseil Œcuménique des Eglises). Zafy Albert, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina et Hery Rajaonarimampianina y furent invités et trônèrent sur l’estrade. Norbert Ratsirahonana a été écarté, non pas car il était, selon certains, un « ex-chef d’Etat non élu » mais probablement car sa présence dévalorisait la réunion. Car Andry Rajoelina fut convié à la manifestation même s’il était lui aussi un « ex-chef d’Etat non élu »…

A.R

Lire aussi