La Gazette de la grande ile

Annulation du concours d’entrée à l’ENMG : La restitution des droits de concours évitée ?

Publié le 15 décembre 2018

La ministre de la justice et le directeur de l’ENMG (Ecole nationale de la magistrature et des greffes) ont rappelé que les concours de recrutement des élèves magistrats et des élèves greffiers pour cette année sont annulés. Sauf changement, ces concours reprendront l’année prochaine. Ils ont promis que des améliorations vont être apportées dans l’organisation de ces concours pour éviter que les suspicions de corruption ayant entraîné ces annulations ne se reproduisent. A première vue, ces décisions pourraient très bien ravir les jeunes qui ont participé à ce concours, pourtant les conséquences de cette décision semblent être minimisées par les responsables. A part la perte de temps, des pertes financières sont également observées. Le plus préoccupant se rapporte notamment aux droits divers qui ont déjà été payés pour pouvoir participer à ces concours. Si ces concours sont complètement annulés pour cette année, et que de nouveaux dossiers de candidature sont demandés au prochain concours, l’administration envisage t-elle de restituer ces droits ? Une question qui se retrouve encore sans réponse jusqu’ici. Pourtant, pour pouvoir participer au concours d’entrée à l’ENMG, tous les candidats doivent justifier le paiement de ces droits de concours. Le montant est de 30.000 Ariary pour le concours de recrutement des élèves greffiers s’il est de 50.000 Ariary pour ceux qui veulent devenir élèves magistrats. Ces droits de concours peuvent s’avérer insignifiants pour certains, mais pour la plupart des jeunes Malgaches qui y participent, rassembler une telle somme pose de grandes difficultés. De plus, à part le paiement de ces droits, les candidats sont tenus de s’acquitter d’autres dépenses, notamment dans le rassemblement des dossiers qu’il faut fournir pour pouvoir participer à ces concours administratifs. Certains candidats estiment qu’au total, avec la constitution de ces dossiers et la longue liste à fournir, en plus des frais de déplacement et autres dépenses supplémentaires, ils peuvent très facilement dépenser jusqu’à 200.000 Ariary avant d’espérer participer à ces concours. Ainsi, pour ne pas préjudicier davantage ces jeunes, puisque les concours ont été annulés pour cette année, la logique des choses serait que ces droits de concours leur soient également restitués.

M.R

Lire aussi