La Gazette de la grande ile

Conecs : Appel à la mise en place du CESC

Publié le 15 décembre 2018

La population malgache vit dans des conditions misérables alors qu’elle vit dans un pays béni par les cieux. Cette situation est dûe à la mauvaise gouvernance qui a prévalu dans le pays depuis des années. De ce fait, la Grande Ile reste encore et toujours pauvre. Il faut dire que la majorité des dirigeants qui se sont succédés n’ont trouvé de mieux que se remplir les poches et ce au détriment de la population malgache. Ceux qui sont déjà passés au pouvoir ne pensent qu’à y revenir dans le but de s’enrichir encore un peu plus. Cette mentalité n’est point idéale en vue du développement du pays. Le Conecs (Conseil national économique et sociale de la société civile) soucieux de la vie politique dans le pays, lance un appel pour la mise en place du Conseil économique social et culturel (CESC) dans le but d’accélérer le processus de développement. Un développement convoité par la population malgache depuis fort longtemps qu’à la longue c’est devenu un rêve inaccessible, surtout avec des dirigeants tout aussi avide de richesses les uns que les autres. Le développement reste pourtant possible à condition que les dirigeants y mettent des leurs. Le Conecs a donc lancé un appel à l’endroit des deux candidats qui s’affrontent au second tour de la présidentielle de 2018 afin que le président élu s’engage à appliquer l’article 105 de la constitution : pour le renforcement de la solidarité nationale dans la mise en œuvre d’une politique de croissance équilibrée de toutes les régions, pour la transparence dans la conduite des affaires publiques, garante de la participation des citoyens à l’exercice du pouvoir et du contrôle effectif…  A noter que le Conecs a revendiqué l’application de l’article 105 c’est-à-dire la mise en place du CESC depuis de belle lurette, mais en vain. Il ne se décourage pas pour autant et revient à la charge en vue d’une diminution réelle de la pauvreté, de la réduction de la corruption, mais aussi pour asseoir les bases d’un véritable Etat de droit, respectueux des normes de la démocratie.

Jean Riana

Lire aussi