La Gazette de la grande ile

Intox en stratégie électorale : Le camp Ravalomanana dépasse les bornes

Publié le 15 décembre 2018

Cela a créé une polémique internationale hier. Dans cette démarche vers la présidentielle, tous les moyens sont utilisés pour « convaincre » la population de voter. Cependant, le camp Ravalomanana a dépassé les bornes hier en divulguant une intox à travers l’un de ses journaux. En effet, c’est avec un article vide de sens et complètement faux qu’un quotidien de la capitale a dénigré le candidat numéro 13 en l’accusant de crime sans preuve et pire, en impliquant la justice française dans cette histoire tirée par les cheveux. Suite à cela, l’Ambassade de France à Madagascar a sorti un communiqué officiel pour démentir cette intox, « Devant l’ampleur prise par certaines informations erronées impliquant la France, l’Ambassade de France souhaite démentir les allégations qui alimentent depuis plusieurs jours la presse selon lesquelles des officiers de police judiciaire français se seraient rendus à Madagascar, en dehors de toute procédure légale, pour délivrer à l’un des candidats en lice pour le second tour de la Présidentielle une convocation du Parquet de Paris. A notre connaissance aucun candidat n’est concerné par une procédure de la justice française. L’Ambassade de France comme les autres grands partenaires de Madagascar invite les candidats à mener une campagne respectueuse et centrée sur le débat d’idées. ».

Une bourde pareille se produit quand on utilise des incompétents. Ce journal a été créé à la base pour soutenir l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, donc pour mentir, divulguer de fausses informations car la vérité peut nuire à leur candidat. Aucune éthique, aucun respect de la déontologie, la stratégie est pitoyable. Se faire corriger par l’Ambassade de France et par la communauté Internationale démontre un manque total de professionnalisme et un niveau de corruption incommensurable vu que même le plus haut placé hiérarchiquement dans ce journal a dû recevoir un pot de vin pour accepter une telle bourde. Après cela, que penser de l’intégrité de ce journal et surtout du candidat qu’il soutient ?

Lire aussi