La Gazette de la grande ile

Crise post-électorale : on frôle la guerre civile

Publié le 15 décembre 2018

La tension est à son comble entre les partisans des 2 candidats au deuxième tour de l’élection présidentielle. Sur les réseaux sociaux, les deux côtés utilisent des « comptes fake » pour attiser la haine et démarrer une conversation menant toujours à une confrontation entre les partisans des 2 camps. Ces confrontations n’ont plus de limite et les fidèles serviteurs des 2 partis s’engagent dans des menaces et des disputes pleines d’insultes. Le pire, c’est que ces confrontations continuent dans la vie réelle et des affrontements se produisent quand les partisans des 2 camps adverses se croisent dans la rue. Des affrontements qui ont fait plusieurs blessés dans les 2 camps.

La gestion de ce genre de cas fait partie des responsabilités des partis politiques afin de maintenir un climat électoral stable et garantir un environnement post-électoral sans incidents. Jusqu’ici, il semble que ce sont ces partis mêmes qui veulent instaurer ce climat post-électoral instable, car malgré les cas de violences constatés, ils n’ont pas encore pris de mesures pour cadrer leurs partisans et éviter tout affrontement lié aux élections. Pourtant, toute action visant à déstabiliser le pays ou à contester le résultat de l’élection ne servira qu’à conduire le pays dans le gouffre de la crise et personne ne s’en sortira gagnant. La voie démocratique est la seule issue pour Madagascar et cela doit être la seule incitation à faire à la population.

Lire aussi