La Gazette de la grande ile

Société de zone franche : Les salariés se plaignent

Publié le 09 janvier 2019

Les employés dans les sociétés de zone franche, principalement ceux qui oeuvrent dans le textile, se plaignent de plus en plus de leurs conditions de travail, lesquels ne respectent plus les droits des travailleurs. Des employés d’une des ces sociétés, sise à Ivato, se plaignent qu’avec des conditions de travail des plus pénibles, le salaire qui leur est donné ne suffit tout simplement plus à subvenir à leurs besoins mensuels. Pourtant, ils doivent se tenir debout à longueur de journée et n’ont droit qu’à 30 minutes de pause à midi avec un horaire allant de 6 heures du matin à 18 heures du soir. En outre, si auparavant ils ne travaillaient que le jour, les sociétés les obligent actuellement à travailler la nuit pour pouvoir honorer les commandes. Mais ce que les salariés déplorent le plus, c’est l’application d’un nouveau système de pénalité qui affecte directement leurs revenus. Les responsables appliquent des sanctions qui consistent à prélever une certaine somme sur le salaire de l’employé fautif pour des comportements que l’ont ne peut même pas qualifier de faute et pour des agissements les plus insignifiants. Ainsi, un salarié qui gagnait 200.000 Ariary auparavant, ne perçoit plus que 150.000 Ariary à la fin du mois une fois ces prélèvements faits. D’autres ne touchent même plus que 70.000 Ariary à la fin du mois au motif qu’ils ont commis de nombeuses fautes dans l’accomplissement de leurs besognes. Ces salariés font ainsi appel aux responsables pour voir de près cette situation. L’application des sanctions doit toujours se conformer aux textes régissant le monde du travail. Sinon, le montant du salaire minimum doit être respecté et appliqué par les employeurs avant toute embauche.

M.R

Lire aussi