La Gazette de la grande ile

Secteur financier : Encore peu développé

Publié le 11 janvier 2019

Le secteur financier de Madagascar est encore peu développé et peu diversifié. Le secteur compte 11 banques, 3 établissements financiers et 25 institutions de microfinance. La majorité des banques sont des filiales de groupes extérieurs (Ile-Maurice, Union européenne et Maroc). Les activités des banques se concentrent essentiellement sur les grandes entreprises.

Le système bancaire malgache est globalement sain. En effet, la plupart des banques respectent les normes prudentielles. Ainsi, les fonds propres par rapport aux actifs pondérés par les risques étaient de 18,7 % en juin 2017, contre 21,2 % en juin 2016. La proportion des prêts improductifs était de 8,2 % en juin 2017, contre 9,2 % en juin 2016. Les taux d’intérêt très élevés et le niveau limité des ressources longues constituent les principaux défis du secteur financier malgache.

Concernant l’inclusion financière à Madagascar, elle est encore relativement très faible et inégalement répartie sur le territoire national. Selon les résultats de l’enquête FinScope Consommateur de 2016 à Madagascar, moins d’un tiers des adultes utilisait des services financiers formels. Les obstacles à l’inclusion financière des populations sont notamment le faible niveau d’alphabétisation et les contraintes infrastructurelles. Cette situation a pour conséquence un faible développement de l’écosystème de paiement.

Au cours des années à venir, les pouvoirs publics devraient mettre l’accent sur l’amélioration de l’accès aux services financiers dans le pays, notamment en accélérant la mise en œuvre de la Stratégie nationale d’inclusion financière à Madagascar(SNIM) 2018-2022, mise au point début 2018. Cette stratégie

met l’accent sur trois axes stratégiques :  l’éducation financière et la protection des consommateurs,  l’accès à, et l’utilisation des, services financiers, et  le renforcement des politiques, du cadre légal, réglementaire et institutionnel.

Lire aussi