La Gazette de la grande ile

Projet IEM : Le nouveau Président a du pain sur la planche

Publié le 16 janvier 2019

Plus que quelques jours et le Président Andry Rajoelina pourra enfin procéder à la réalisation des 13 programmes qu’il a promis d’exécuter dans son Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), dont certains points méritent peut-être d’être accomplis avant tout autre.

Si les problèmes liés à l’insécurité sont toujours ceux qui remplissent l’actualité à Madagascar avec le phénomène dahalo ainsi que les divers cas de vols et d’escroqueries, le premier programme tracé dans ledit projet serait peut-être d’une nécessité absolue pour les Malgaches. Consistant à « prioriser la paix et la sécurité à Madagascar en renforcant les moyens de défense dans le territoire », l’accomplissement de celui-ci serait sans doute d’une grande aide pour les citoyens qui rêvent depuis toujours de pouvoir vivre sans avoir à s’inquiéter de ce que pourront être le sort de leurs biens et de leurs personnes.

A côté, son programme n° 10 prévoit « La gestion durable de nos ressources naturelles : Encourager un tourisme durable, valoriser nos richesses minières, protéger notre faune, notre flore et notre sol, reboiser nos terres, lutter contre la destruction de notre environnement. » Sa réalisation effective pourrait nous permettre de lutter aux divers cas d’exportations illicites. En effet, les agents de Douanes constatent souvent des cas de trafics illicites lorsqu’ils procèdent au contrôle frontalier, dont les tortues et le bois de rose sont les principaux à en être victimes. Mais d’autres espèces, aussi bien végétales qu’animales sont également menacées d’extinction et de disparition à cause de la dégradation de l’environnement à Madagascar. C’est le cas par exemple des lémuriens, réputés pour être des espèces endémiques de Madagascar, mais qui sont malheureusement menacés par la déforestation et l’exploitation illégale.

Enfin, la réalisation du programme n° 11 serait peut-être aussi d’une certaine urgence pour notre pays. Celui-ci projette notamment « La modernisation de Madagascar : Créer des villes « nouvelles » pour soulager les grandes villes, rénover nos routes, nos ponts et nos voies ferrées. Construire des logements sociaux et faciliter le crédit au logement. Organiser et sécuriser le transport pour améliorer la circulation des biens et des personnes. Assainir l’espace public et gérer nos déchets. Mettre en place la ville numérique. » D’abord, la rénovation des routes serait peut-être une solution efficace pour les problèmes liés aux embouteillages monstres qui perdurent dans notre milieu urbain actuellement. Ensuite, la construction de villes nouvelles pourrait être favorable pour les jeunes Malgaches, car elle pourrait permettre aux jeunes diplômés de trouver des emplois temporaires relatifs au secteur Batiment et Travaux Publics, en qualité d’ingénieurs ou autres, et pourrait faire diminuer le taux des chômeurs à Madagascar. Enfin, les nouveaux logements vont pouvoir permettre aux sans-abris d’avoir un domicile fixe, et de procéder à l’élimination de la pauvreté à Madagascar.

RHC

Lire aussi