La Gazette de la grande ile

Changement climatique : Un phénomène de plus en plus inquiétant !

Publié le 11 février 2019

L’environnement se dégrade de jour en jour en raison des exploitations abusives des ressources naturelles aggravant ainsi le phénomène du changement climatique qui constitue un problème environnemental à l’échelle mondiale. Parlant d’exploitation, Madagascar est un cas particulier vu que la population malgache exploite sans prendre conscience des dégâts que cela engendre sur l’environnement. Il y a également les exploitants chinois qui voient en notre pays des ressources incommensurables et viennent ici pour les exploiter allant jusqu’à piétiner les coutumes locales, comme ce qui s’est passé dans diverses localités de la Grande Ile à savoir Soamahamanina, Mananjary… Tous ces faits ne font qu’aggraver le phénomène redouté à l’échelle internationale d’où la raison d’être des conférences mondiales sur le climat en vue de la lutte contre le réchauffement climatique. Il faut dire que le phénomène devient de plus en plus inquiétant au fil du temps d’autant plus que l’année 2018 a été classée comme la 4ème année la plus chaude. La dégradation de l’environnement a des conséquences irréversibles sur toute la planète. Il faut dire que le genre humain ne récolte que ce qu’il sème. Bien évidemment, des cas de reboisements sont enregistrés pour atténuer le phénomène dont celui effectué par la Police Nationale, dirigé par le ministre de la sécurité publique, Razafimanantsoa Roger hier à Imerintsiatosika. La Police Nationale vient d’opérer un geste noble envers la nature, mais il faudrait seulement penser à faire un suivi, car sans cela la majorité des arbres plantés seraient classés mort-nés. Madagascar a tout à gagner en préservant ces richesses naturelles vu que c’est un atout économique considérable. Nombreux sont les sites protégés dans la Grande Ile, mais même ces sites rencontrent des problèmes avec les  trafics illicites et autres comme c’est le cas dans les sites gérés par Madagascar National Parks (MNP) et c’est pareil en zone humide et sèche. Dans les zones humides c’est le défrichement des mangroves qui inquiète le plus, surtout dans les cinq sites Ramsar gérés par MNP classés comme zones humides d’importance capitale.

Jean Riana

Lire aussi