La Gazette de la grande ile

Gendarmerie nationale-corruption : Une cellule de traitement des doléances mise en place

Publié le 11 février 2019

La corruption est un cas fréquent chez les gendarmes. Heureusement que les supérieurs sont au courant de cette pratique pour pouvoir prendre les mesures nécessaires. Toutefois, les victimes de corruption et autres infractions commises par les forces n’osent pas porter plainte pour des simples raisons : crainte des agents et non suivi des plaintes. Actuellement, une cellule de traitement et de suivi des doléances est mise en place par la gendarmerie nationale. Les procédures peuvent se faire sur les réseaux sociaux et l’anonymat est ainsi garanti. En plus, les victimes seront mises au courant de l’avancée des dossiers. Ce n’est guère la première fois que la gendarmerie nationale se lance dans la lutte contre la corruption. En 2018, près de 200 plaintes contre la corruption impliquant des gendarmes ont été déposées au sein de la gendarmerie nationale. 14 éléments ont été incarcérés, 48 ont comparu devant le conseil d’enquête dont 23 ont été radiés.

Annie N.

Lire aussi