La Gazette de la grande ile

Promotion du tourisme : Le ministre ne fait-il pas fausse route ?

Publié le 11 février 2019

«Une des priorités du Gouvernement est la promotion du tourisme à Madagascar. Cela a été marqué par la visite de journalistes venant de Paris et de Marseille : La Provence, Echo touristique, le Parisien et le Magazine la Croix, afin de renforcer la visibilité de Madagascar dans les pays d’Europe », nous rapporte le ministère du Tourisme. Un voyage de presse a également eu lieu à l’intention de quelques journalistes allemands. Comme il a déjà été énoncé, le but de ces voyages de presse est de renforcer la visibilité de la Grande Ile au niveau international. Toutefois, les médias internationaux font déjà assez de promotion de la destination Madagascar. Outre les médias français, Madagascar suscite l’intérêt de plusieurs blogs et magazines étrangers. C’est le cas du magazine Forbes qui conseille la destination dans son top 10 des pays à visiter cette année. On doute fort  que le problème du tourisme à Madagascar soit lié à la visibilité du pays. Ces dernières années, le nombre des touristes est en baisse.

Si l’on ne parlait que de l’année précédente, on a eu droit à l’épidémie de peste, qui a freiné d’innombrables voyageurs. Des compagnies aériennes, sans parler des initiatives des ambassades, ont même déconseillé la destination Madagascar. Mais un autre problème ne nous a toujours pas quittés : l’insécurité. Toujours en 2018, après plusieurs mois de confrontation à des constats amers, les opérateurs touristiques ont haussé le ton face à l’insécurité qui sévit dans le pays. Il y a également le manque d’infrastructures. La même année, un atelier sous le thème « Comment le tourisme seul pourrait développer Madagascar ? » ayant regroupé près de 500 participants, a évoqué les problèmes d’infrastructures. Partenaires techniques et financiers ou encore des représentants du secteur privé ont souligné le manque d’infrastructures et interpelle l’Etat afin d’anticiper la venue des touristes. Finalement, et non le moindre, la conservation de l’écosystème, car c’est surtout le capital naturel qui pousse les voyageurs à visiter la Grande Ile.

 A. N.

Lire aussi