La Gazette de la grande ile

Coopératives de transports de voyageurs : la gangrène !

Publié le 18 février 2019

Compte tenu du contexte socio-économique qui prévaut à Madagascar, la  structure coopérative tient encore un rôle capital, non seulement dans le processus du développement du pays, mais également par rapport aux Objectifs de Développement Durable fixés par les Nations Unies.

Le principe de libre adhésion, la gestion collégiale, le contrôle  démocratique, l’éducation des membres,… font toujours partie de l’héritage commun  de toutes les coopératives existantes dans le monde entier. C’est pourquoi, les Nations Unies ont consacré une journée Internationale des coopératives, qui se célèbre  le 01 juillet de chaque année.

Toutefois, la réalité en est toute autre dans la majorité des cas existants  pour le secteur de transport de voyageurs à Madagascar. Bon nombre de transporteurs subissent la mainmise permanente de quelques minorités de dirigeants  des coopératives, en violation flagrante des textes législatifs et règlementaires en vigueur.

Faute d’engagement ferme de l’autorité publique, ayant failli dans sa mission de contrôle et de suivi de la vie de la coopérative, les problèmes connus au sein de la coopérative finissent par se trouver entre les mains de la justice, malgré l’intervention timide et tardive de l’administration dans l’assainissement du secteur.

Fruit du hasard ou d’un mécanisme d’enrôlement expressément voulu,  les procès pénaux tant attendus, concernant respectivement la coopérative VOLAVITA, KOFIATRA, KAOMPIMI passent tous à l’audience dans la matinée du mardi 19 février prochain, à partir de 08 heures, salle 2 du tribunal Anosy, auxquels nous vous invitons pour être témoins de la vérité.

Droits des usagers et des prestataires

Les usagers tel que défini à l’article 5 du présent décret, peuvent participer aux frais de gestion dans les conditions prévues par les statuts de la coopérative. Ils sont inscrits dans un registre spécial distinct du registre des membres avec mention de la date de leur entrée.

Les  statuts  des coopératives  définissent  également  l’étendue  des  opérations  avec  les  usagers et les prestataires.  Les  opérations  réalisées  avec  les  membres  et  celles  réalisées  avec  les  usagers  et  les prestataires sont comptabilisées séparément.

Après une année de service auprès de la structure coopérative, les prestataires acquièrent d’office le droit d’intégrer la structure, en tant que membres à part entière en s’acquittant de leurs parts sociales, si aucun problème n’a été constaté au cours de cette période durant laquelle ces personnes ont travaillé au sein de la coopérative.

Lire aussi