La Gazette de la grande ile

Bas quartier de la capitale : Des cas de viol restent impunis

Publié le 15 mars 2019

De nombreuses formes de violence apparaissent dans divers quartiers de la capitale. A part les violences conjugales et les divers actes de vandalisme, les cas de viol et atteinte à la pudeur demeurent monnaie courante dans certains quartiers. En effet, c’est surtout dans les bas quartiers de la capitale que ces dernières formes d’infractions sont les plus répandues. Certains criminels se retrouvent entre les mains des forces de l’ordre mais nombreux sont ceux qui restent impunis. En effet, selon les récits de certaines victimes et de leurs proches, il est de plus en plus difficile de dénoncer les viols. Pour ne pas souiller la réputation de la famille et de la victime elle-même, ils préfèrent se taire et renoncent aux poursuites. Ainsi, certains violeurs restent impunis bien que toutes les preuves de leur culpabilité soient tous réunis. En outre, selon encore les informations, toujours dans ce souci de garder l’image de la victime et de sa famille, nombreux sont ceux qui se limitent à des arrangements à amiable au lieu de porter l’affaire en justice. Généralement, la victime du viol est un mineur et les parents se contentent d’indemnités en argent en contrepartie d’une poursuite pénale. Bien sûr, tous ces cas se présentent tous à l’insu des autorités. Pourtant, de telles pratiques pourraient très bien favoriser cette infraction. Les auteurs de viol n’ayant plus peur d’être poursuivie en justice pourraient très bien récidiver. En outre, faute d’avoir aviser les forces de l’ordre en temps utile, les victimes et sa famille peuvent aussi subir des intimidations et des menaces venant des malfaiteurs. La meilleure solution demeure ainsi la dénonciation de ces faits auprès des autorités pour éviter que la situation ne se complique. Des mesures d’accompagnement doivent aussi être prises pour les victimes pour ne pas les faire subir des humiliations au niveau de la société.

M.Ranaivo

Lire aussi