La Gazette de la grande ile

Pisciculture : Davantage de sensibilisation

Publié le 15 mars 2019

Ce projet AMPIANA financé par l’Union Européenne est une des quatre composantes du programme ASA d’appui à l’AgroSylviculture autour d’Antananarivo. Mis en œuvre par un consortium qui associe l’APDRA , le Cirad, le FOFIFA  et l’Association Malagasy Professionnel de l’Elevage , il vise à renforcer la filière piscicole en Région Analamanga par une approche résolument tournée vers l’innovation et la valorisation des dynamiques existantes. Il permettra à la fois de créer les conditions favorables à l’apparition de dynamiques piscicoles durables dans des régions où l’activité est encore inexistante ou pratiquée de manière peu efficace, mais aussi de réfléchir à des pistes d’intensification écologique de la production là où elle existe déjà.

Ci-dessous un extrait de la voix des rizipisciculteurs (LVRP)  n° 41 « Analamanga

Sensibiliser ses voisins pour lutter contre le vol de poissons »

Raymond Rajaonarison, alevineur et grossisseur du fokontany Ankadivory, commune Nandihizana, district de Manjakandriana, produit des poissons depuis 4 ans. Il a commencé à travailler avec le projet AMPIANA en 2017. Raymond nous révèle dans cette interview sa stratégie pour lutter contre le vol de poissons dans son fokontany.

LVRP : Pourquoi sensibilisez-vous vos voisins à la pisciculture ?

Raymond : Au début, j’étais le seul à faire de la pisciculture dans mon fokontany et j’ai rencontré de gros problèmes de sécurité car mes poissons étaient fréquemment volés. Je me suis dit que si le nombre de pisciculteurs augmentait, le vol diminuerait progressivement ainsi que les sabotages. Alors j’ai décidé de sensibiliser mes voisins à la pisciculture.

LVRP : Comment vous effectuez la sensibilisation ?

Raymond : En tant que producteur d’alevins, j’ai donné à ceux qui voulaient faire du grossissement des conseils sur les techniques d’élevage : densité, alimentation et fertilisation. Lorsque le technicien vient me distribuer le journal [LVRP], j’aime aussi partager mes connaissances et discuter avec les autres producteurs. J’ai même donné des géniteurs à certaines personnes qui n’en avaient pas pour qu’elles se lancent dans la production d’alevins. En retour, j’ai reçu des alevins ou des gros poissons au moment de la pêche. Je souhaite remercier l’APDRA pour la formation que j’ai reçue et qui m’a permis de transmettre les techniques piscicoles autour de moi.

LVRP : Comment étaient les résultats après la sensibilisation ?

Raymond : Aujourd’hui, il y a 11 pisciculteurs dans notre fokontany. Lors de la campagne de mise en pose, j’ai constaté que le vol de géniteurs avait diminué jusqu’à 30 % chez tous les pisciculteurs de ma localité. Ceux qui ont obtenu des bons résultats à la fin de leur campagne m’ont également donné des poissons.

Cependant, malgré la sensibilisation et les formations, le vol, l’inondation et le climat (le froid, la grêle…) constituent encore des blocages pour la pratique de la pisciculture dans notre localité. Les pisciculteurs d’ici visent donc à créer une association pour collaborer et résoudre ces problèmes. La vie est une quête de progrès et je souhaite encore suivre une formation sur le transfert de compétence et les techniques de suivi et d’animation en vue d’élargir mes connaissances et de développer la pisciculture dans mon fokontany.

Lire aussi