La Gazette de la grande ile

Prostitution : Les mineurs de plus en plus vulnérables

Publié le 15 avril 2019

Les jeunes Malgaches qui se lancent dans le travail du sexe ne cessent de s’accroître. La diversité du mode de pratique de cette activité fait qu’il est actuellement difficile de donner un chiffre exact du nombre des prostitués à Madagascar. En effet, avec l’arrivée des nouvelles technologies de communication, nombreuses d’entre elles ne se contentent plus de faire le trottoir pour trouver du client. Certains n’hésitent plus à utiliser les réseaux sociaux comme Facebook pour chercher les consommateurs. Celles qui pratiquent ce plus vieux métier du monde dans de telle condition ne montrent généralement pas leur visage dans les photos qu’ils publient. Dans d’autres cas, les marchandages se font par appel téléphonique et des intermédiaires se chargent de mettre en relation les travailleuses avec les clients potentiels. Mais cette situation favorise aussi la prostitution des mineurs. Encouragés par l’argent facile, des jeunes filles sont tentés de se livrer à cette activité. En outre, un véritable réseau serait en cause et propose des mineurs à ceux qui paient le prix fort. Compte tenu de l’illégalité de cette activité, ils prennent beaucoup de précaution pour ne pas se faire repérer par les forces de l’ordre. Les poursuites sont également compliquées du fait du consentement du mineur à se livrer à la prostitution. Même si l’intermédiaire et les consommateurs sont interpelés par les forces de l’ordre, les jeunes filles trouvent toujours d’autres occasions pour continuer leur activité. Souvent, c’est le niveau de précarité de la population qui pousse les mineurs à se prostituer prématurément. Mais les sommes d’argent qu’elles ramassent dans cette activité motivent également ces mineurs. Selon les informations, un seul client peut leur apporter pas moins de 100.000 Ariary, ce qui suffit à motiver ces jeunes filles à continuer même si c’est interdit par la loi.

Ranaivo

Lire aussi