La Gazette de la grande ile

les IMAGES dans les MOTS : Suivons le rythme et le ton

Publié le 15 avril 2019

Il y a un certain changement dans le paysage politique malgache actuel. Si on a vu pendant des années la succession de différents présidents qui ont chacun sa personnalité, Didier Ratsiraka qui est un officier de la marine, Zafy Albert un chirurgien cardiaque, Marc Ravalomanana un opérateur laitier et Hery Rajaonarimampianina un consultant dans le domaine financier. Notre président actuel est un opérateur dans le domaine de la communication, la publicité et l’événementiel, un domaine qui rapproche logiquement des artistes. Ces derniers commencent à avoir une certaine place dans le paysage politique malgache, car il y en a qui ont pu décrocher des sièges dans les ministères. Si on ne parle que d’un certain Francis Razafiarison, plus connu sous son nom de scène Francis Turbo, un comique mais un homme très cultivé et si on peut le dire « une encyclopédie vivante », il est actuellement le directeur général de la culture. Il y a aussi DJ Gouty qui tient actuellement une place de directeur au sein du ministère de la Culture. Le président Rajoelina choisit ceux qui lui sont familier et qui savent comment il fait les choses, c’est normal quand même mais parfois il est nécessaire d’accorder une ouverture. On se souvient d’un certain Serge Ranaivo, paix à son âme, qui était un DJ et ami du président Rajoelina et qu’il a nommé Ministre de la jeunesse au début de la transition de 2009. Dans la plateforme Isika Rehetra Miaraka Amin’i Andry Rajoelina, on voit beaucoup d’artistes qui se présentent comme candidats aux législatives, il y a Rossy et Anyah qui ont déjà été des députés auparavant, à cela s’ajoutent Jerry Marcoss et Tsiliva. C’est normal car disons que c’est un geste de reconnaissance pour eux à travers Andry Rajoelina. Mais il n’y a pas que dans ce parti qu’il y a des artistes, il y a Bodo, Ninie Donia et Mamada qui sont avec le TIM, Justin Vali (e e e Baobaba !), Théo Rakotovao ou Mikéa et Tsivahiny (ancien ministre coach HVM) qui se présentent en indépendants. Qui dit que les artistes ne doivent pas faire de la politique, nous disons que c’est plutôt le contraire parce que ces chanteurs évoquent la vie des Malgaches dans leur art et on peut dire que parfois ils chantent la voix du peuple. Ce n’est que des extraits mais on a connu pas mal d’artistes qui ont déjà eu des places politiques comme Dama ou le feu Om-Gui. Alors, il n’y a pas de quoi s’inquiéter si on voit ces artistes siéger dans des postes politiques car ce sont quand même des citoyens comme les autres. Suivons le rythme, chantons ensemble et ne chantons pas faux ! On vit dans un pays où l’ambiance est omniprésente.

Lire aussi