La Gazette de la grande ile

Edito : Fonction de député, la recherche de bénéfices prime avant tout !

Publié le 19 avril 2019

La date de la tenue des élections législatives, notamment le 27 mai 2019, approche à grand pas pour les candidats. A l’heure actuelle, un grand nombre de candidats effectue un faux départ en ce qui concerne les campagnes électorales et la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) reste inerte face à cela puisqu’il n’y a aucune loi conçu à ce sujet que les candidats font comme bon leur semble. Les citoyens malgaches auront à choisir 151 députés parmi les 803 candidats, aux profils contrastés, à la date prévue. Comme toujours les farfelus, les parvenus et les opportunistes sont aux rendez-vous affirme le SeFaFi (observatoire de la vie publique).

Il y a également les criminels et les trafiquants à la recherche d’immunités parlementaires. Bien évidemment, la présence de gens sérieux et compétents n’est pas négligeable, mais il se trouve que les électeurs sont si souvent abusés qu’ils auront du mal à les reconnaître. Surtout que les élections qui se tiennent à Madagascar subissent une forte manipulation et personne ne peut nier cette évidence. Les plus fortunés remportent toujours la mise lorsqu’on parle d’élections. Cela a toujours été le cas dans la Grande Ile et les résultats de l’élection présidentielle de 2018 en est la preuve concrète et la plus proche. Ceux qui n’ont pas les moyens ne peuvent pas se permettre à se porter candidat car il est évident qu’ils feront face à un échec cuisant. Un bon nombre de personnes visent à siéger à l’assemblée nationale en vue de rechercher des bénéfices et non de représenter le peuple ce qui devrait être leur rôle principal. En effet, il a été constaté que les députés ne remplissent pas leur rôle une fois en place. Ils oublient complètement l’existence des électeurs qui les ont menés à leur place et ne cherchent que leur propre intérêt liés à la fonction de député.

D’après le SeFaFi, outre le pouvoir et les honneurs, nombre de candidats recherchent les bénéfices matériels et tous autres avantages, sous prétexte qu’ils servent l’Etat et les citoyens. Et oui, les députés bénéficient d’immenses avantages partiellement dissimulés. Leur salaire mensuel est de 3.000.000 Ar, plus 400.000 Ar d’indemnité journalière pendant les sessions. S’y ajoutent 3.000.000 Ar par mois de dotation en carburant, 200.000 Ar de crédit téléphonique. Et 5 assistants parlementaires sont affectés à chaque député. Lorsque celui-ci est en mission dans le pays, l’indemnité d’hôtel s’élève à 65.000 Ar par jour, mais son montant lors des déplacements internationaux n’est pas connu. Avec tout ça, les députés trouvent encore le moyen de marchander l’octroi de véhicules tout terrain (4×4), c’est d’ailleurs la revendication la plus récurrente au sein de l’assemblée nationale.

Jean Riana

Lire aussi