La Gazette de la grande ile

Hasindrainy : L’arnaqueuse du Liban (2ème partie)

Publié le 19 avril 2019

Hasindrainy Andrianaivo Razafindramisa sait à peine lire et écrire mais elle est douée pour l’escroquerie. Elle a travaillé pendant quelques années comme femme de ménage au service d’un riche chirurgien libanais propriétaire de plusieurs pharmacies à Beyrouth. Après le décès de ce médecin célibataire sans enfant, elle a fait croire à tout le monde qu’il lui a légué son immense fortune. Cependant, pourquoi aurait-il déshérité ses frères et ses sœurs ? Sur la base d’un testament imaginaire à son profit, Hasindrainy s’est livrée à des escroqueries faciles. Elle a emprunté d’importantes sommes d’argent qu’elle a promis de restituer, après avoir obtenu l’argent de son prétendu héritage. Malheureusement pour ses créanciers crédules, elle ne rembourse jamais les sommes empruntées et elle ne possède aucune garantie, si ce n’est son héritage chimérique. Recherchée, Hasindrainy joue dangereusement avec le feu en se cachant. Comme tous les escrocs qui sont incapables de rembourser des sommes exorbitantes empruntées, elle est désormais injoignable au téléphone et introuvable à son adresse près de la Poste à Ambanidia. Comme toutes les arnaqueuses, elle va mal finir. En mai 2018, Hasindrainy a déjà été placée sous mandat de dépôt pendant un mois à Antanimora puis elle a été condamnée pour avoir escroqué un médecin à Antananarivo. Elle s’était engagée à lui livrer du matériel médical pour une valeur de 40 millions Ariary. Elle n’a jamais livré le matériel ni remboursé la somme d’argent qu’elle a utilisée pour le mariage de son fils.

PN

Lire aussi