La Gazette de la grande ile

EDITO : Maharante Jean de Dieu, Ses feintes avant sa fuite

Publié le 07 mai 2019

Maharante Jean de Dieu fait partie de ces politiciens qui nous font haïr la politique. Il a été magistrat mais il a surtout utilisé sa fonction à des fins d’enrichissement personnel. Durant l’ère Ratsiraka, il a été gouverneur de la province de Toliara. Là, il s’est empiffré grâce à des trafics d’influence. Connu pour son obésité, le gros s’est fait petit pendant le mandat de Marc Ravalomanana. Maharante Jean de Dieu a ensuite lâché l’Arema et pendant la Transition, il s’est fait élire député sous la bannière Mapar. Il n’a eu aucun scrupule à tourner le dos à Andry Rajoelina après l’élection de Hery Rajaonarimampianina. A ce moment, Maharante Jean de Dieu aurait pu rejoindre le HVM mais il a eu le toupet d’organiser une scission du parti Mapar et de s’autoproclamer Président du parti Mapar 2 qui est restée une coquille vide. Le Premier Ministre Kolo Roger a nommé Maharante Jean de Dieu au poste de Ministre de la Fonction Publique et des Lois Sociales, en récompense des services rendus au HVM. Là, le bougre a commis des détournements de deniers publics ainsi que des extorsions de fonds dans le cadre des concours administratifs. Par la suite, la nomination de Maharante Jean de Dieu au Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique a été fortement contestée par le personnel. Persona non grata dans ce ministère, il a failli ne pas pouvoir rejoindre son poste. Finalement, les faits ont donné raison au personnel puisque Maharante Jean de Dieu s’est à nouveau livré à des détournements de deniers publics, à travers des marchés fictifs et des compensations abusives. Aujourd’hui, Maharante Jean de Dieu est en fuite en France avec son magot aussi volumineux que lui. Après plusieurs tours gagnants au Monopoly, il n’est pas prêt de revenir à Madagascar où la case prison l’attend. Si un jour, il est arrêté, les natifs de Toliara feront la bêtise de se révolter, en ignorant que le détournement de deniers publics est un crime au regard du droit pénal. Ils protégeront Maharante Jean de Dieu alors que l’argent qu’il a volé aurait pu servir à l’essor du pays en général et au développement du sud de la Grande Ile en particulier. En attendant, les Malgaches de la diaspora en France doivent faire preuve de patriotisme en traquant Maharante Jean de Dieu et en lui pourrissant la vie.

Phil de Fer et Ranary

Lire aussi