La Gazette de la grande ile

Axes routiers : Les risques de corruption sont multiples !

Publié le 16 mai 2019

Les axes routiers sont les principales artères de la vie économique interne du pays vu qu’ils assurent la communication et le flux de biens et de personnes dans tous les coins de l’île. Il faut notifier que différents usagers et acteurs se partagent la présence et l’activité sur les routes, allant des représentants de l’Etat et de ses forces régaliennes (Police Nationale, Gendarmerie Nationale), des opérateurs économiques et logistiques… Force est de constater que les risques de corruption sont élevés vu l’ampleur des trafics routiers. Par ailleurs, de nombreux automobilistes se sont plaints face aux rackets effectués par les polices routières ce qui avait conduit à la décision de suspension de ses derniers au mois de février 2019. Depuis fort bien longtemps, les axes routiers ont été des scènes où se déroulent des actes de corruption à outrance et il est temps que cela cesse. Le nouveau Code de la Route d’août 2017 apporte des changements notables qui ne sont pas encore bien connus par la population et les usagers de la route. Le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) a sollicité l’appui du PNUD pour mener une campagne de sensibilisation dans la lutte contre la corruption sur les axes routiers et profite de l’occasion pour la vulgarisation du nouveau Code de la Route pour impliquer tous les acteurs. Dans cette optique, un atelier s’est tenu à l’hôtel Le Pavé hier ayant pour objectif de vulgariser ledit Code en présence de divers acteurs : Ministères chargé des Transports Terrestres, ATT, Polices de la route, chauffeurs, propriétaires de taxi-brousse, coopératives… Pour que le développement soit effectif dans le pays, il est nécessaire de faire en sorte d’éradiquer complètement la corruption non seulement dans le secteur routier mais dans le quotidien des Malgaches.

Jean Riana

Lire aussi