La Gazette de la grande ile

« DROITE » DE REPONSE POINTS PAR « POINGS »

Publié le 25 mai 2019

Je tiens ici à répondre à la une et à l’article en page 3 parus jeudi 23.05.2019 chez LA GAZETTE.

1/ Tout d’abord pour que les choses soient claires et éviter toute confusion le contrat BOT signé avec le ministère des transports et l’aviation civile l’a été avec CSPI France et en aucun avec CSPI MADAGASCAR qui n’a été qu’une société d’exploitation locale montée par CSPI France et agissant sous mandat, comme prévu a contrat.

Ça change beaucoup de choses.

2/ Ensuite ce n’est pas faute de capitaux, mais bien parce que les autorités avaient volontairement stoppé toute la collecte (fret et passagers) à partir du 20.09.2013 et pendant plus de 4 mois tout en exigeant la continuité de l’activité et des investissements sans aucune garantie de la reprise des encaissements, que CSPI a été mise dans l’obligation de s’associer avec un partenaire local qui est passé par une structure mauricienne DURBAN TRADER.

2a/ L’apport financier n’a jamais servi à faire l’acquisition de matériel. CSPI France ayant choisi dès le démarrage de passer par une solution de leasing, évitant ainsi toute propriété directe sur le matériel.

Stratégie qui s’est avérée payante puisqu’aucune des tentatives de saisies abusives des biens n’a pu être effectuée, permettant ainsi la continuité de la mission de contrôle qui est la nôtre pour le plus grand bénéfice des Malgaches.

Les matériels appartiennent à la société de leasing et non à CSPI MADAGASCAR, comme vous tentez de nous le faire croire.

2b/ CSPI France avait négocié, comme le font d’ailleurs toutes les sociétés qui procèdent à la mise en place de contrat PPP sur plusieurs années, incluant de gros investissements de démarrage, avec des organismes financiers, qui se sont retirés immédiatement devant le traitement de faveur dont nous avons bénéficié, nous laissant seuls face à l’adversité, mais ce traitement spécial avait un but bien précis : nous imposer le partenaire.

3/ Les problèmes en interne ont vite commencé et après enquêtes et informations prises auprès des services commerciaux de l’ambassade de France, il s’est avéré que DURBAN TRADERS n’existait pas, qu’elle avait été radié du tribunal de commerce de MAURICE depuis 2010 (je vous invite à vous rendre sur ce lien et taper DURBAN pour le constater :

https://companies.govmu.org:4343/MNSOnlineSearch/.

Le partenaire a alors tenté de nous expliquer qu’elle était partie s’installer aux ILES SEYCEHELLES mais là encore, plus de DURBAN TRADER.

On nous a alors expliqué qu’elle avait changé de nom et s’appelait désormais CAMELIA.

CSPI a donc été associée avec une société radiée, ayant changé de nom, sur la base de faux et d’abus de confiance.

On comprendra aisément qu’évoluant dans le domaine de la sureté aéroportuaire, nous ne pouvons tolérer ce genre de situation, qui met en danger notre crédibilité, nous, qui avons été missionnés pour contrôler l’ensemble de la sureté des aéroports internationaux !

3a/ CSPI France dans un souci de régularité, avant de se séparer de CSPI MADAGASCAR qui était devenu suspecte et ingérable, a proposé le remboursement de la somme avancée par le partenaire, avec 60 % d’intérêt, sans que ce dernier n’accepte.

4/ DURBAN avait demandé à pouvoir mettre en place au sein du directoire, le PDG, le DGA et un contrôleur de gestion. Ces derniers ont pris leurs fonctions dès le début de la collaboration, venir dire que DURBAN TRADER voulait auditer les comptes auxquels elle avait accès au quotidien et que nous « les bougres » avons refusé, est une fumisterie de plus.

5/ Nous sommes ensuite accusés par Mr FOLOJAONA, d’avoir soudoyé le DG de l’ACM et les barons du précédent pouvoir.

J’espère cher Monsieur que vous avez les preuves de ce que vous avancez sinon ce n’est que de la diffamation et je saurai prendre les mesures nécessaires pour la protection de nos intérêts.

De plus, quand les initiés du monde de l’aviation civile vous lisent, eux qui ont été témoins des relations plus que difficiles qu’ont entretenu SAMADA et le DG ACM, ex consultant AIR MADAGASCAR, pendant 5 ans, ils doivent bien rire et avoir là, si besoin était, la preuve de votre totale méconnaissance de ce dossier…

6/ Le jugement dont vous parlez est toujours en cours et je me garderai bien de dire quoi que ce soit, étant respectueux du secret de l’instruction, ce qui ne semble pas être le cas de Mr FOLOJAONA.

Nous avons fait depuis le début de cette affaire confiance à la justice malgache et nous continuerons en utilisant toutes les voies de recours légalement à notre disposition.

7/ Vos accusations concernant le projet de RAVILANA n’engage que vous et démontre une fois de plus le peu de vision d’avenir qui est la vôtre.

8/ Je vous informe ici que nous ne sommes pas PERSONA NON GRATA comme vous le dites mais que nous avons été sans autre forme de procès frappés d’une IST… sachant que nous n’étions pas à MADAGASCAR au moment de la notification.

Ce procédé, souvent utilisé par certaine personne directement intéressée dans ce dossier, semble revenir à la mode ces jours-ci, pour empêcher quelqu’un de pouvoir défendre son bon droit et par la même tenter de lui faire une réputation sulfureuse.

En tout état de cause le dissuader de venir s’expliquer !

Ceci n’est pas très rassurant pour les éventuels futurs investisseurs internationaux intéressés par MADAGASCAR et qui attendent un état de droit !

Maintenant que j’ai repris et expliqué point par point vos dires mensongers, je vais vous dire, moi Monsieur, ce qu’est réellement CSPI SAMADA :

C’est une société de plus de 675 femmes et hommes qui travaillent honorablement 7/7 /365 jours par an depuis 6 ans,

C’est une société qui paye très correctement ces salariés, avec salaires fixes et primes et qui a mis en place un partenariat de santé par site d’exploitation pour l’ensemble de son personnel et de leurs familles.

C’est une société qui participe au développement économique des villes dans lesquelles elle est implantée.

C’est une société qui a trouvé en fin 2012 un niveau de sureté aéroportuaire particulièrement faible, le pays sortant d’un audit calamiteux de l’OACI avec des sanctions prévues qui auraient pu aller jusqu’à l’interdiction des vols directs vers l’espace SHENGEN.

C’est une société qui après le démarrage le 12/06/2013 et en seulement trois ans aura permis à MADAGASCAR d’être citée comme référence parmi les 2 pays les plus avancés dans les domaines de la sureté aéroportuaire du continent africain.

C’est une société qui a fait l’objet de plus de 48 audits internationaux sur la période en recevant toujours les félicitations des auditeurs, impressionnés par le niveau des prestations, le savoir-faire et le professionnalisme de l’ensemble de notre personnel malagasy.

C’est une société qui a su gagner le respect et la confiance depuis plusieurs années de l’ensemble des compagnies aériennes nationales et internationales desservant la grande ile de par la qualité de son travail et le sérieux de ses personnels.

C’est une société qui a permis par ses mises en place, entre autre, à attirer de nouvelles compagnies aériennes internationales et a participé à son niveau à la sortie de la liste B

En bref CSPI SAMADA a été et reste un des acteurs majeur du développement que connaît actuellement le pays dans le domaine de l’aviation civile, indispensable à la croissance générale.

Vous Monsieur FOLOJOANA vous avez fait quoi ces 5 dernières années, si ce ne sont quelques pauvres articles, diffamatoires, mensongers, voire même dangereux, tant votre niveau d’irresponsabilité est élevé, servant toujours les mêmes maîtres sans aucune once de probité journalistique et ne pensant qu’à votre petite personne.

Monsieur, laissez aux entrepreneurs le soin d’entreprendre, aux professionnels le soin de faire leur métier et allez plutôt traquer les vrais délinquants.

ALBALADEJO RAFAEL

DG SAMADA

Lire aussi