La Gazette de la grande ile

Ménages vulnérables dans le Sud : soutien de la Belgique via la FAO

Publié le 11 juin 2019

Le sud de Madagascar, caractérisé par un climat semi-aride, est régulièrement touché par des périodes de sècheresse, accompagnées de vents asséchants et d’érosions éoliennes. Dans cette zone, les  moyens de subsistance des ménages vulnérables sont très peu diversifiés et précaires, et dépendent principalement des activités agricoles et d’élevage. En outre, plus de 90 pour cent de la population malgache vit sous le seuil de pauvreté. Les périodes de sécheresse chronique de 2012 à 2014, aggravées par le phénomène El Niño de 2015/16 qui a causé des pertes d’environ 80 pour cent des récoltes, ont conduit à la détérioration de la sécurité alimentaire et de la vulnérabilité de la population.

Depuis 2016/17, des efforts ont été déployés à travers des activités d’urgence et de relance agricole et se sont poursuivis pendant les saisons culturales de 2017–2018, afin de contribuer à la protection et à la restauration de la sécurité alimentaire des communautés du sud de Madagascar. Toutefois, l’effet cumulé des mécanismes de survie dangereux pendant les années de crises a laissé la population dans une vulnérabilité manifeste et dans l’incapacité à assurer le bon déroulement de la grande saison 2018/19.

En réponse à ces défis, et en particulier aux effets potentiellement négatifs d’un épisode de sécheresse provoquée par El Niño en 2019, la FAO a lancé un projet d’action immédiate, afin de protéger les moyens de subsistance des plus vulnérables, avec le soutien du gouvernement du Royaume de Belgique par le biais du Fonds spécial pour les activités d’urgence et de relèvement (SFERA).

Le projet est mis en œuvre dans les trois districts d’Ambovombe, d’Amboasary et de Taolagnaro, qui sont des zones constamment touchées par les aléas climatiques tels que sont les périodes de sécheresse. En outre, les activités du projet sont axées sur l’appui aux producteurs, afin qu’ils puissent bien démarrer leur campagne de grande saison, ainsi que sur leur accompagnement, notamment par la distribution de semences de variété à cycle court, par l’amélioration de la disponibilité et de la gestion de l’eau pour l’agriculture et l’élevage et, enfin, par la protection et le renforcement de leurs avoirs productifs à travers la repopulation de leurs bétails et la couverture vaccinale.

Près de 3 000 ménages ont été ciblés pour bénéficier de cette assistance sur la période de janvier à juillet 2019. Les ménages ciblés d’intrants agricoles bénéficieront de même de formations sur les techniques agricoles améliorées, la diversification des cultures et ses avantages, et l’accompagnement de proximité, axé notamment sur les techniques d’utilisation d’engrais biologiques, du compost, de l’installation de plantes fourragères ligneuses et de stockage. De plus, ces formations seront dispensées aux techniciens des institutions partenaires afin de pérenniser les acquis mis en place pour de meilleurs services aux agriculteurs. Enfin, sur toute la durée de mise en œuvre du projet, la FAO encourage la collaboration entre tous les partenaires concernés, y compris les communautés locales, dans le but ultime de renforcer leur résilience aux chocs à venir.

Lire aussi