La Gazette de la grande ile

Véronique Vouland-Aneini : Bon débarras !

Publié le 11 juin 2019

Madame Véronique Vouland-Aneini, ambassadeur de France à Madagascar, est sur le départ. Elle a rangé dans ses cartons la distinction honorifique d’usage qui lui a été remise par les autorités malgaches. Elle a hâte de partir et nos compatriotes ne la retiennent pas. Ils gardent en travers de la gorge les propos provocateurs de Madame Véronique Vouland-Aneini qui avait déclaré publiquement : « Les Iles Eparses appartiennent à la France. » On se souvient qu’elle avait lancé cette affirmation choquante et insultante quelques mois après l’incident diplomatique provoqué par l’abrutie Catherine Paoli qui avait arraché le drapeau malgache des mains d’une athlète à l’Ile de la Réunion à l’occasion des Jeux des Iles de l’Océan Indien. L’audace de Madame Véronique Vouland-Aneini s’explique par sa profonde méconnaissance de la culture malgache et son ignorance crasse au sujet des Iles Eparses, ainsi que par un zèle démesuré propre aux hauts fonctionnaires soucieux de l’évolution de leur petite carrière, surtout à l’approche de la retraite.

Il faut garder en tête que c’est la première fois que Madame Véronique Vouland-Aneini occupe un poste d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. Avant cela, elle avait été secrétaire et conseillère d’ambassade et consul général. Propulsée ambassadeur dans un des pays les moins avancés de la planète, cette bourgeoise arriviste n’a pas tardé à se sentir pousser des ailes. Prenant les Malgaches de haut avec une arrogance néocolonialiste, Madame Véronique Vouland-Aneini a souvent outrepassé ses obligations de réserve et de non-ingérence, notamment lors de l’élection présidentielle et pendant l’épidémie de peste. Durant ses quatre années à Madagascar, elle a souvent joué les  donneuses de leçon, tout en étant bien incapable de protéger les ressortissants français face aux kidnappings à répétition. Madame Véronique Vouland-Aneini part pour rejoindre son nouveau poste en Jordanie. Elle a intérêt à bien se tenir car les Jordaniens ne se montreront pas aussi tolérants que les Malgaches. Enfin, il faut espérer que le successeur de Madame Véronique Vouland-Aneini à l’ambassade de France dans la Grande Ile sera un diplomate plus fin et converti à l’intelligence. Il n’est pas dans l’intérêt du Président Emmanuel Macron de nommer, au poste d’ambassadeur, un charlot peu respectueux de la souveraineté des Malgaches sur leur territoire. Si c’était le cas, notre journal se fera le plaisir de rappeler, inlassablement et dans un langage peu diplomatique, que Madagascar n’est pas un département français, ni un territoire d’outre-mer.

Lola R et Ranary

 

Lire aussi