La Gazette de la grande ile

Le  bénéfice de la bonne  foi   à l’épreuve des intérêts  égoïstes.

Publié le 11 juin 2019

En se  servant de n’importe  quel prétexte  et maladresse de l’équipe  dirigeants à peine en place  depuis  à peine juste 5mois, des politicards mauvais perdants n’arrêtent pas de solliciter le soutien  d’une minorité d’affairistes très  fortunés pour noircir l’image  d’Andry  Rajoelina. Ils cherchent visiblement à ternir l’aura du  succès  diplomatique  du  récent séjour parisien de  ce dernier. Ils n’hésitent pas à profiter des moindres  faux-pas et laxismes conjoncturels de l’entourage du jeune Chef d’Etat pour provoquer  au  sein  de l’opinion un  reflux  sentimental au détriment de cette légitimité que lui avait  octroyé le  verdict  des urnes. Là où une  certaine presse ne voit dans le  voyage officiel du plus jeune président  du  continent  africain qu’une occasion de faire des dépenses  de prestige inutiles. L’hebdomadaire  de  référence  Jeune  Afrique dans une  récente parution faisait  état d’une rencontre qui «a duré une cinquantaine de minutes»  en  soulignant clairement que «le «courant est bien passé,». Cette  source parisienne révèle  que «Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé que 30 millions d’euros allaient être débloqués par l’Agence française de développement (AFD) pour soutenir la réforme du système éducatif malgache. »

Refusant  de  tenir  compte du poids  du  réalisme politique qu’avait provoqué la règne de la voyoucratie au pouvoir dès 2002 jusqu’à sa fuite honteuse en 2009 hors  du pays, Marc Ravalomanana, le seul premier vrai putschiste de l’histoire de  Madagascar et ses militants  bornés refusent bêtement de reconnaître que les temps ont  changé. Dans leur aveuglement d’opportunistes profiteurs nostalgique  d’un  récent passé de mauvaise  gouvernance et l’utilisation  abusive  des prérogatives  étatiques  au profit  de l’empire Tiko, ils oublient que « La France étant également le premier partenaire commercial de Madagascar, Rajoelina avait aussi donné un fort accent économique à son déplacement avec une rencontre avec des hommes d’affaires français organisée par le Mouvement des entreprises de France (Medef). Contrairement à tous  « ces morveux »  qui, maintenant se permettent  de  « se moucher… » par   communiqué  interposé, Andry Rajoelina le novice aux  commandes d’un TGV évoluant actuellement  dans la cour  des  grands  a  réussi à garantir la  finalisation de  cette symphonie inachevée «de la revendication de la  restitution» des Iles Eparses. Reçu officiellement à l’Élysée, il avait demandé à son homologue français de «trouver une solution… »,  c’est donc  faire preuve  de mauvaise  foi manifeste  que de  faire  croire et  d’affirmer que «la revendication de restitution de ces îles est sans objet car déjà établie et connue ».Selon l’hebdomadaire  parisien de  Béchir  Ben Yamed  toujours «Les deux chefs d’État ont annoncé la mise en place d’une « commission mixte », destinée à trouver « une solution commune » sur le sujet.  Afin  de  «lancer un travail conjoint entre nos deux pays pour aller vers une solution de développement commun dans la zone économique actuelle », a ajouté Emmanuel Macron. L’objectif est de parvenir à une solution d’ici le 60ème anniversaire de l’indépendance de Madagascar, le 26 juin 2020 ».  Et d’un …Les mauvaises langues  jasent  beaucoup  sur l’éventualité de la  baisse  du prix  des  carburants à la  pompe. Pourquoi  chercher à  ridiculiser le processus de la  réalisation  d’une mesure salutaire  et  combien favorable pour un  réel  développement de l’économie  en  général  et du développement en particulier ? Il  n’y  a  que les profiteurs  notoires  et patentés  qui refusent  d’admettre  que le  défi lancé  par le pouvoir à l’endroit  de  ceux  qui, par pur souci de profiter de la  naïveté de  tout  un peuple afin  de  toujours s’enrichir dans  des  combines obscures pour ne pas  soutenir le  courage politique d’un président à peine arrivé  au pouvoir et  qui  ose s’impliquer en  faveur  des intérêts légitimes de  ses  administrés. Ce n’est pas  parce qu’on  déroule  le tapis  rouge pour l’accueillir  quelque part  que pour  autant qu’il  faut croire  qu’il va manquer à la parole donnée à ses  électeurs. Reculer pour mieux  sauter ne  veut pas  du  tout dire  faire marche arrière, quant  à cette  détermination  salutaire d’«entamer un bras de fer avec le secteur pétrolier qui réalise des marges beaucoup trop élevées, … »  Comme le  veut un proverbe de  notre pays «Ny mahery  tsy maody  tsy mba  ela  velona » . Comprenne  qui  voudra,  toujours  est-il  qu’à  cause de  cette  épreuve  de  force qui  attend le  régime  actuel, la prudence  exige qu’envers les  velléités malveillantes  d’une opposition animée uniquement de l’esprit  revanchard d’un perdant furieux est  de  rigueur. Le président  de la République se doit de  faire preuve de méfiance à l’endroit  de  certains  hauts  responsables  de la Grande Muette  qui  ne  cache guère leur solidarité intéressée envers un dictateur  déchu. Le journal  Telo  No Refy  qui  affiche  allègrement  plus  de  60 ans  de professionnalisme ne  s’amuserait pas à dénoncer dans  ses  colonnes qu’il  a  trop  de loups  dans la bergerie  de la République et  c’est la raison pour  laquelle  Marc  Ravalomanana se  vante de pouvoir  défier le pouvoir  en place. Si certains peuvent  se permettre  de  se payer une voiture au prix  de  1 milliard de  francs,  c’est  qu’il y  a  anguille  sous  roche…

Lire aussi