La Gazette de la grande ile

Madagascar : La mine de Rio Tinto viole une zone humide sensible

Publié le 20 juin 2019

Selon deux récentes études, une grande mine de sables minéralisés située dans le sud-est de Madagascar a empiété sur une « zone sensible », enfreignant ainsi la loi nationale et impliquant que des résidus enrichis en radionucléides puissent entrer dans un lac servant de source d’eau potable aux populations locales.

Rio Tinto, la multinationale basée à Londres qui détient la mine, a reconnu pour la première fois cette violation dans une note du 23 mars, soit plus de cinq ans après l’événement.

La directrice d’une ONG qui a commandé l’une des études est une actionnaire ; elle dit espérer pouvoir parler de ce qui s’est passé au lac.

Une grande mine de sables minéralisés située dans le sud-est de Madagascar a violé une « zone sensible », enfreignant ainsi la loi nationale et impliquant que des résidus enrichis en radionucléides puissent entrer dans un lac servant de source d’eau potable aux populations locales.

À ce jour, il n’existe aucune preuve que des éléments radioactifs ou résidus miniers se sont infiltrés dans le lac, mais deux récentes études ont confirmé l’empiètement des activités minières sur le lac. Rio Tinto, la multinationale basée à Londres propriétaire de la mine, a reconnu pour la première fois cet empiètement le 23 mars dans une note adressée à la fondation Andrew Lees Trust (ALT), un groupe de plaidoyer social et environnemental qui a commandé l’une des études.

Cette violation soulève des préoccupations sanitaires et sécuritaires dans l’une des régions les plus appauvries de Madagascar. Le lac, qui fait partie d’un système d’estuaires boisés à quelques kilomètres de la ville de Tôlanaro, ou Fort Dauphin, offre aux habitants des villages voisins un espace de pêche et de cueillette.

« Inonder cet estuaire d’eau radioactive serait une catastrophe tant sur le plan environnemental que pour les droits de l’homme » a déclaré à Mongabay Steven Emerman, géophysicien et consultant en hydrologie, auteur de l’étude de 2018 commandée par l’ALT.

Steven Emerman se dit inquiet qu’un cyclone fasse déborder les bassins miniers, entraînant le déversement de résidus dans le lac. Il craint aussi que ces résidus s’y infiltrent en raison de modifications du niveau de la nappe phréatique. Les sables minéralisés qui sont exploités renferment de hauts niveaux d’uranium et de thorium ; l’extraction d’ilménite, le principal produit de la mine, peut accroître la concentration d’éléments radioactifs. L’ilménite produit du dioxyde de titane, utilisé comme agent blanchissant dans des produits tels que la peinture et le dentifrice…

By Edward Carver on 6 juin 2019 | Translated by Emmanuelle Groom  Mongabay.com

Lire aussi