La Gazette de la grande ile

édito : Non-respect des textes

Publié le 24 juin 2019

Nombreux sont ceux qui se sont plaint par rapport au non-respect des textes règlementaires durant les élections présidentielles de 2018, mais cela s’est intensifié lors des élections législatives du 27 mai 2019,

affirment les membres du KMF/CNOE lors d’une conférence qui s’est tenue à l’hôtel Astauria à Antanimena hier. Le KMF/CNOE s’est exprimé à cœur joie pour dénoncer les irrégularités vis-à-vis des élections législatives notamment sur l’organisation et le déroulement des élections. Les anomalies et irrégularités constatées durant les élections législatives n’ont pas été des moindres, à savoir l’utilisation abusive du budget de l’Etat (« vary mora », fiche individuelle de bovidés, réunion pédagogique…), la pratique de corruption électorale à tous les niveaux… Par ailleurs, les plaintes déposées auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) par rapport aux irrégularités et autres sont assez considérables. Le KMF/CNOE par contre n’a pas porté plainte auprès de la HCC, mais entend se concentrer dans la juridiction judiciaire dans l’objectif d’emprisonner ceux qui ont enfreint les règles, d’autant plus que certains de leurs membres ont été victimes de menaces en tout genre. Ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’on constate des anomalies lors d’une élection qui se tient dans la Grande Ile. Il faut spécifier que l’organisation des élections qui se tiennent à Madagascar laisse à désirer vu l’incompétence des organisateurs et les politiciens plus fourbes les uns que les autres sont prêts à tout pour s’octroyer une place. Il n’est donc pas étonnant de constater des faits hors normes et la perte de la confiance des électeurs induisant à la baisse significative du taux de participation.

Jean Riana

Lire aussi