La Gazette de la grande ile

Edito : Du pain aurait suffi !

Publié le 25 juin 2019

Andry Rajoelina aime la fête. C’est pourquoi, il a animé dès son plus jeune âge les bals des jeunes. Avec  succès, il faut le dire. Aussi ne s’étonne-t-on pas qu’il a ficelé sa dernière campagne électorale, avec ce qu’il sait vraiment faire : l’animation. Et aujourd’hui pour sa première fête nationale en tant que chef d’Etat élu, il met le paquet pour la célébration de la fête nationale.

Les élèves sont mis en vacances pour profiter des podiums et des divers jeux, la mythique kermesse de l’armée a été ressuscitée sans encore atteindre le must d’avant 1972 et  l’on espère que le faste soit aussi grand dans les provinces où le 26 juin constitue la plus grande fête de l’année plus que les autres fêtes chrétiennes.

Et pourtant, certains détracteurs  du président Rajoelina l’accusent de profiter de la fête nationale pour, dit-on, « manipuler encore une fois la population ». Dans la Rome antique, il était, en effet, réputé que pour amadouer la population, l’empereur offrait du pain et organisait des jeux de cirque. Au fil des temps, la sociologie politique a adopté cette technique sous différentes formes mais avec toujours comme base le divertissement et la disponibilité des vivres.

A tort ou à raison, certains avancent que toute cette panoplie servirait à oublier le non-démarrage du programme du président Rajoelina et de la réalisation de ses nombreuses promesses. D’autres de la déception de la population sur la petite baisse des carburants. Ces sujets ont ressurgi parce que les membres du gouvernement eux-mêmes l’ont évoqué sans que personne ait demandé des explications.

Pour les carburants, le communiqué de jeudi soir de la direction de la communication aurait suffi. On aurait pu rester sans parole comme nos politiciens et nos gouvernants ont en l’habitude. On parle que 250 milliards ar de subventions ont été effacés et peuvent être utilisés. Attendons-nous alors aux revendications des différentes corporations. On dit que les prix ne changeront pas d’ici décembre. Certes, on est en été mais la tendance des cours est déjà haussière avec les crises dans certains pays producteurs.

Pareillement, on aurait pu autoriser librement les pétards sans aucune explication. Celle donnée par le préfet d’Antananarivo a, en effet, scandalisé plus d’un. « On ne prend vraiment pour des cons », réagissent certains. Le responsable soutient qu’une autorisation a été donnée pour la vente et l’utilisation des pétards parce qu’il y a danger dans certains dépôts où des stocks de pétards risquent d’exploser. L’OMC (organisme mixte de conception, organe suprême chargé de la sécurité à Madagascar) avait interdit les pétards mais les a cette fois, selon toujours le préfet, autorisés pour liquider les stocks. C’est comme l’OMC était incapable de ramasser les stocks en vue de les détruire.. Dès lors, on se pose des questions sur tous les fusils éparpillés dans le pays et sur l’invincibilité des questions. On ne parle plus des produits alimentaires importés dont personne ne s’en soucie.

Bref, ce genre de communication aurait gâché la fête en général et par ricochet celle d’Andry Rajoelina. Autant la communication est le fort du chef de l’Etat, autant celle de ses proches risquent de le courir à sa perte. Le 26 juin aurait été une très belle si ses collaborateurs étaient restés muets et se contentaient de distribuer du « vary mora » ;

Sa

Lire aussi