La Gazette de la grande ile

Partage et diffusion des informations : Du tam tam médiatique à la communication politique

Publié le 25 juin 2019

Avec un grand tam tam médiatique, avec des annonces tonitruantes, avec des unes de la presse et des journaux télévisés,  on a vu le Président de la République avec un visage ferme,  avec un air plus que déterminé annoncer qu’il ne cédera pas d’un iota face aux pétroliers.  Ceux qui ne s’y connaissent pas en la matière se sont tous dit qu’avec cette fermeté soit ces pétroliers vont céder,  soit ils vont plier bagage car voilà enfin un Président qui a bien fait comprendre que ces prix à la pompe sont exagérés et que ces pétroliers nous arnaquent depuis belle lurette. Voilà enfin quelqu’un qui ne va pas se laisser faire et la communication était telle qu’avant même les résultats des “injonctions” du Président de la République on était déjà heureux dans les chaumières.

 Puis voilà la baisse des prix, pas grand chose mais c’est déjà mieux que rien. Les ignares en économie, c’est-à-dire la majorité de la population a vite fait un raccourci…si le prix du carburant a donc baissé de 100 ariary,  éventuellement les frais de transport baisseront d’autant…et on attend. Avec cette baisse, la directrice de la communication à la présidence,  ancienne journaliste de son état,  a oublié qu’il y a un immense fossé entre la communication médiatique et la communication politique ou institutionnelle. On veut bien admettre qu’elle n’a eu aucune formation en communication politique et institutionnelle,  qu’elle ait pu se former sur le tas, mais balancer sur sa page facebook que “ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à acheter le carburant au prix d’avant” laisse pantois le quelconque quidam et encore plus ahuris des étudiants de première année en communication. Certes, il n’est nul besoin de faire de hautes études  pour savoir communiquer, mais il est besoin d’humilité,  de retenue,  de stratégie  pour faire de la communication politique et institutionnelle.  Après un immense tam tam médiatique,  s’il est difficile de faire autant pour annoncer une baisse de 100 ariary, il ne coûte rien, absolument rien, de rester dans la sobriété,  de ne pas verser dans la vulgarité, de rester dans l’humilité et de ne pas descendre au ras des pâquerettes à ce niveau là de responsabilité. Un certain nombre de l’équipe de ce régime est fort en communication médiatique et pourrait même être des champions olympiques, mais beaucoup ont absolument à revoir leur copie en communication politique et institutionnelle…et s’il faut retourner sur les bancs des grandes écoles,  il faut le faire ou tout simplement faire preuve de retenue et d’humilité, cela ne coûte absolument rien.

Pour l’heure, la seule ou l’une des rares qui sache faire preuve d’humilité et de retenue parmi les femmes dans l’entourage immédiat du Président de la République est son épouse,  la Première dame…le reste laisse songeur!

D.R.

Lire aussi