La Gazette de la grande ile

Ethanol : Dans l’attente d’un nouveau leadership

Publié le 27 juin 2019

Avant l’élection d’Andry Rajoelina, lors de la présentation en grandes pompes de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) à l’Hôtel Carlton, chacun des experts a exposé ses compétences et partagé ses expériences. Parmi ces experts, Nirina Rakotomanantsoa a été présenté comme un spécialiste des questions liées à l’énergie. Il a même animé le panel. Comme il a vanté les mérites de l’éthanol et qu’il avait l’air de bien cerner le sujet, tout le monde s’attendait à ce qu’il assure le leadership du développement de ce projet innovant si cher à Mialy et Andry Rajoelina. Pourtant, Nirina Rakotomanantsoa a été écarté pour des raisons qui restent à confirmer. Manquait-il de technicité ou d’intégrité ? A présent que Nirina Rakotomanantsoa a été nommé directeur général de Kraoma Mining, que reste t-il du projet éthanol ? Cette interrogation est judicieuse dans le contexte actuel de guerre des prix avec les sociétés distributrices de carburant qui veulent dicter leur loi.

Pour contrarier le diktat des compagnies pétrolières et atténuer la dépendance à leur égard, le gouvernement malgache a la possibilité d’introduire de nouveaux acteurs de la distribution de carburants sur le marché afin de faire jouer la pleine concurrence. Il a également la possibilité de soutenir l’essor des biocarburants par des incitations fiscales aux entreprises pionnières. Le bioéthanol, qui est un carburant d’origine végétale, présente de nombreux avantages. Il encouragera les grandes plantations de colza, maïs ou tournesol et leur transformation par des unités industrielles spécialisées. De plus, le développement du bioéthanol favorisera la création d’emplois, tout en polluant moins.

PN

Lire aussi