La Gazette de la grande ile

Groupe de la BAD : Le Président Akinwumi ADESINA est dans nos murs

Publié le 02 juillet 2019

Le Président du Groupe de la BAD, Akinwumi ADESINA est dans nos murs. Cette visite officielle entre dans le cadre de la deuxième réunion consultative sur la Quinzième reconstitution du Fonds Africain de Développement (FAD-15) qui se tiendra à Antananarivo du 01 au 03 Juillet 2019

Au profit des CTD : Consolidation des transferts financiers

Les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) sont les principaux acteurs du développement du pays au niveau local. La PGE donne un rôle central aux CTD. Des moyens seront octroyés par l’Etat afin que les représentants étatiques au niveau local puissent participer pleinement aux actions allant dans le sens de l’émergence. Le Gouvernement appuiera ainsi les actions liées à la conservation de l’environnement, au renforcement des résiliences locales, au maintien de l’ordre et de la sécurité dans ces localités, à la gestion des migrations, à l’amélioration de l’accès de la population aux logements décents, aux infrastructures et services sociaux de base, et les initiatives de développement local.

Pour ce faire, les transferts financiers au profit des CTD seront consolidés, et en parallèle, des pôles de développement spécialisés et un système de coopération d‘échanges entre les Régions seront créés et favorisés au service des Districts et des Communes. En outre, la mise en place d’un gouvernorat au niveau de régions contribuera à l’effectivité de l’autonomie financière des régions et des reformes de l’administration.

Autosuffisance alimentaire : Une situation paradoxale

Une situation paradoxale est observée en ce qui concerne l’alimentation à Madagasikara : étant connu comme un pays à vocation agricole, une grande partie de la population demeure pourtant sous-alimentée.

Ce constat s’amplifie avec un taux ascendant sur les importations des produits alimentaires. L’autosuffisance alimentaire implique que la Grande Ile se suffira à elle-même, grâce à la production locale et sans être contrainte d’importer ses besoins alimentaires. En première mesure pour aider la population surtout les plus démunis, dans leur alimentation, le Président de la République a initié le projet « Vary Mora », consistant à importer du riz pour les commercialiser à des prix socialement abordables.

Concernant la production rizicole, le Gouvernement aspire à développer l’Agriculture tournée vers le marché national et international, à étendre les surfaces cultivées, à vulgariser les nouvelles techniques de culture, à renforcer les infrastructures hydro-agricoles et lutter contre les érosions, et à adapter les cultures à la réalité du changement climatique. Le renforcement de la diffusion et l’adoption du système de riziculture intensive (SRI) sera ainsi mené pour arriver à une productivité de 3 t/ha de production additionnelle, et des mesures seront prises pour appuyer et faciliter l’installation d’investisseurs directs nationaux et étrangers en agrobusiness (installation sur 5.000 ha de Grandes et Moyennes Exploitations agricoles modernes). Au bénéfice des jeunes qui évoluent dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage, des formations leurs seront dispensées et des terrains seront octroyés pour leurs productions à travers la facilité appelée « Titre vert ».

Une stratégie de lutte contre l’insécurité rurale sera mise en place. Des centres de vaccination et des techniciens d’encadrement en matière d’élevage seront opérationnels. Tout ceci contribuera à l’amélioration des revenus des producteurs. Par ailleurs, la promotion de l’agro-business est renforcée, et un appui à la valorisation des potentiels génétiques des petits ruminants ainsi qu’une distribution de kits de démarrage aux éleveurs devront être effectués. Enfin, en ce qui concerne les produits de la pêche, des actions de lutte contre les pêches abusives et illicites devront être menées ; et les encadrements ainsi que les formations des pêcheurs et des aquaculteurs devront être élargis.

                                     Infrastructures de soutien à la productivité

Certaines infrastructures sont nécessaires pour améliorer la productivité de certaines branches productives telle que l’agriculture.

En matière agricole, le Gouvernement entend à mettre en place un système d’aménagement et de réhabilitation des infrastructures existantes avec les ressources propres internes. Une telle intention se concrétisera par : le fonds d’entretien des réseaux hydroagricoles, l’extension du périmètre bas Mangoky II ; les travaux de réhabilitation du périmètre de Dabara ; la réhabilitation du système d’irrigation et gestion de bassins versants sud-ouest lac Alaotra, l’aménagement hydroagricole de Beboka ; l’aménagement et la gestion intégrée des bassins versants critiques d’Andekaleka, de Tsiazompaniry et de Mahajamba ; la promotion et développement rizicole ; l’aménagement rizicole dans les pôles de production à Madagasikara.

 

 

 

Lire aussi