La Gazette de la grande ile

Edito`: Quelle réconciliation nationale ?

Publié le 04 juillet 2019

Et dire que des institutions ont été mises en place, des ateliers organisés,  des manifestations aussi budgétivores les unes autant que les autres pour une soi disant ” réconciliation nationale ” ! Et dire que des anciens opposants devenus aujourd’hui gouvernants  et des gouvernants qui étaient des anciens opposants se traitaient de noms d’oiseaux,  d’animaux,  taxés d’un numéro,  de couleur! Et voilà une réconciliation qui ne dit pas son nom, qui n’a pas besoin d’organisme ou d’une quelconque institution, grâce à une équipe de foot et exclusivement à cette équipe et non à un quelconque homme politique. Une réconciliation à l’unisson autour d’un sport,  d’une équipe qui permet de connaître  le pays autrement que par le dessin animé,  que par la corruption,  que par la pauvreté,  que par une épidémie de peste, que par le passé du Président. Une réconciliation de certains avec la diaspora parce que ce sont des expatriés qui constituent la majorité des membres de l’équipe et qui portent haut les couleurs du pays. Une réconciliation autour d’une coupe à ramener à la maison…Aujourd’hui ceux qui ont estimé important de mettre toutes les mouvances dans un gouvernement,  dans un semblant de parlement doivent admettre que tout cela n’a servi à rien ou à pas grand chose si ce n’est l’ego de chacun.  Aujourd’hui, il est temps d’admettre qu’une des bases de la réconciliation entre les citoyens se trouve finalement dans le sport et particulièrement dans le football. Et cette réconciliation ne doit absolument pas être entachée de récupération politique.  L’honneur revient au Barea et à personne d’autres, certainement pas à une quelconque personnalité politique.

D.R.

Lire aussi