La Gazette de la grande ile

Foire Internationale de l’Agriculture : La 3ème édition du 12 au 15 septembre 2019

Publié le 16 juillet 2019

Bientôt, à l’orée d’une reprise d’un temps fort du calendrier cultural de Madagascar, va se tenir la troisième édition de la (Foire Internationale de l’Agriculture – Agribusiness – Agroalimentaire) plus communément connu sous l’acronyme de FIA. Véritable vitrine multisectorielle du monde de l’Agriculture avec un grand A, la prochaine FIA que nous avons qualifiée de « mondiale » va être le théâtre d’une convergence sans précédent de tous les acteurs tant internationaux, régionaux que nationaux de toute la chaine opératoire agricole. Un objectif : favoriser la conquête territoriale agraire et encourager la multiplication des petites et moyennes industries de transformation agroalimentaire.

                                     Madagascar, Ile Verte !

Rétablir les valeurs cardinales de la biodiversité « en grand danger » de la Grande île valait bien l’injonction émergentiste de « Madagascar, île Verte ! » en opposition à l’expression consacrée de « Madagascar, l’île rouge » faisant référence à une terre latéritique résultant pour partie d’un trait culturel aujourd’hui néfaste d’un peuple « Mangeurs de forêt » pour reprendre le titre d’un ouvrage de référence de l’anthropologue Georges Condominas.

La bonne nouvelle – et nous pouvons évoquer ici une expérience vécue et réussie à Andramasina – c’est que quelle que soit la nature du sol, aussi appauvrit soit-il, l’on peut reconstituer une forêt, y compris avec des espèces endémiques. Palissandre, bois de rose, ébène, et autres espèces sylvicoles poussent et pourront progressivement reverdir Madagascar.

Aussi, n’hésitons pas à voir et à imaginer les actions en grand et mobilisons chaque citoyen pour qu’il s’auto contraigne à un reboisement utile et durable pour qu’au final ce soit source d’un enrichissement patriotique et écologique et pour le plus grand bénéfice de tous.

Quoi qu’il en soit en accompagnement de nos différentes plateformes sur le thème générique de « Madagascar, sur la route de l’émergence », nous allons durant cette prochaine édition de la FIA (Foire Internationale de l’Agriculture – Agribusiness – Agroalimentaire)  systématiquement réveiller nos consciences écologiques pour que perdure « Ad vitam æternam » l’exception environnementale malagasy.

                                           Economie Bleue !

 Ce concept, théorisé par Gunter Pauli intégrant notamment des notions comme l’économie circulaire ou l’écologie industrielle et territoriale, autant de préoccupations qui sous tendent l’esprit d’émergence en cours d’installation dans le paysage social, économique, culturel et politique malagasy,propose que nous ayons une nouvelle approche dans l’exploitation économique des ressources des océans, lacs, fleuves et autres étendues d’eau. De fait, Madagascar peut s’enorgueillir de posséder une Zone Exclusive Economique de près d’1.140.000 km²  de périmètre marin autour de son territoire, lequel contient également plusieurs centaines d’hectares d’étendues d’eau. La prise en considération des 30% de malagasy vivant directement de la pêche traditionnelle et la nécessité de favoriser les activités aquacoles, piscicoles, rizipiscicoles et faire émerger une exploitation durable de ses ressources halieutiques qui soient respectueuses des textes en vigueur et devenu le passage obligé d’une politique générale de la pêche qui soit efficiente.  Les macroéconomistes spécialisés dans le domaine n’hésitent pas à annoncer un gain de croissance économique supplémentaire pouvant rapidement aller jusqu’à 3% et les investisseurs internationaux considèrent que l’euro ou le dollar investi dans l’économie bleue est aujourd’hui  – tout secteur confondu– celui qui est le plus rentable. Tout bonnement incroyable mais factuellement réalisable.

A travers la succession des différentes plateformes économiques, forum d’investisseurs et autres exploits sportifs pouvant favoriser une réelle cohésion nationale, il devient indispensable de dépasser l’incantation et adopter la méthode Coué incitant et encourageant tout à chacun à changer de paradigme, dans son acception la plus large, pour mettre l’ensemble des citoyens malagasy en mode « Emergence ».

Ainsi, sous le couvert mobilisateur d’un concept qui doit néanmoins être en capacité d’intégration de l’existant malagasy, la prochaine édition de la FIA (Foire Internationale de l’Agriculture – Agribusiness – Agroalimentaire)  mettra en exergue des pistes novatrices telles que l’Agritourisme,  le machinisme agricole, les cultures biologiques, la redynamisation de la riziculture où « Madagascar, grenier alimentaire de l’Océan Indien ».

Bien entendu, ces différentes orientations fortes ne sont pas exhaustives mais cet événement ne manquera pas de considérer l’ensemble des priorités du Plan Emergence Madagascar pour que nous puissions produire « in fine » une scénographie efficiente.

Rome ne s’est pas fait en un jour, mais au même titre que les footballeurs malagasy ont été récemment en capacité de transcender un parcours sportif international et ce malgré un historique physique et matériel limité, c’est cet exemple que le secteur économique et privé doit internaliser dans ses paramètres de réflexion et se mettre en capacité d’enclencher le turbo de la croissance au profit de leurs entreprises et par voie de conséquence du plus grand nombre.

Lire aussi