La Gazette de la grande ile

Edtio : La pauvreté reste une réalité mais…

Publié le 21 juillet 2019

Tout comme aucun ressortissant n’appréciera que son pays ait une mauvaise réputation aux yeux des pays étrangers, ils ne seront pas non plus ravis d’apprendre que la pauvreté est en train de détruire leur société toute entière. Hélas, il faudrait comprendre que le cas de Madagascar figure peut-être parmi l’une des situations les plus désolantes qui  puisse exister … Depuis des années, notre ambition de devenir un pays émergent n’a toujours été qu’un « rêve » qui n’a jamais eu la chance de se réaliser, du moins jusqu’à ce jour. Et peu importe les éventuels efforts que les gouvernants successifs ont tenté de faire, le fait que l’on constate est que notre société ne cesse de s’appauvrir de jour en jour. Pour ceux qui auront du mal à croire, tous ces sans-abris qui envahissent la capitale avec un nombre qui ne fait qu’augmenter serait une bonne illustration.

En effet, qui aurait cru qu’à Madagascar, les Sans Domicile Fixe auraient leur propre quartier ? Allant jusqu’à croire qu’ils auraient peut-être aussi un petit Fokontany, et donc leurs propres cultures et idéologies qui les diffèrent des autres quartiers. Sans doute, c’est la définition tangible et palpable de fait comment la pauvreté peut se manifester dans un pays donné. Nous ignorons si c’est l’administration qui est habituée à résoudre les questions d’ordre social au dernier moment, ou que ce sont les moyens appropriés pour y faire face qui vont vraiment défaut. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le fait d’avoir toujours été un pays en développement ne signifie pas pour autant qu’on le saura constamment. Tout commence par l’ambition de vouloir changer, et la prise de conscience que tout le monde est responsable du devenir de son pays.

Hariantsa R.

Lire aussi