La Gazette de la grande ile

Foulpointe : Grave incendie le 17 août… 2009

Publié le 17 août 2019

Il y a 10 ans aujourd’hui 17 août 2019, Foulpointe, destination touristique de renommée mondiale, sise  sur le RN 5, à mi-chemin entre la ville de Toamasina et Fénérive Est,  a été la proie des flammes.

Selon un témoin oculaire à l’époque, l’incendie est le fait d’un vacancier distrait. Les flammes d’un réchaud sur lequel une casserole d’aliments à cuire était posée, sont parvenues jusqu’au réservoir d’essence d’un véhicule garé à proximité. Sous la chaleur calorifique, ce véhicule a soudain explosé. Les flammes se sont transformées en un déluge de gouttes de feu qui se sont abattu sur ce village à vocation touristique dont la moitié des habitations n’a pas été épargné par une propagation facilitée par un vent marin complice.

Au moins, la moitié des habitations du village touristique de Foulpointe ont été la proie du feu, lundi. L’incendie a été déclenché par un vacancier inattentif. Un feu sur lequel un repas était en train d’être cuit a atteint une voiture. Cette dernière a explosé mettant le feu aux habitations aux alentours. Le drame est inévitable. Bilan: une par une, 500 maisons d’habitation ont été calcinées; une vingtaine d’infrastructures réduites en cendres, 6 véhicules totalement ravagés par les flammes, 2800 personnes sinistrées, 8 blessés graves évacués à l’Hôpital Be de Toamasina, un mort. Aucun obstacle n’a pu empêché le feu de se propager. Même pas la RN5 séparant Foulpointe en deux.

Il est à noter que les cages en bois et en pailles, infrastructures caractéristiques du village touristique de Foulpointe, ont facilité la propagation du sinistre. Par ailleurs, à l’époque -de nos jours, je ne sais pas- cette localité ne disposait pas de structures ni de logistique contre les incendies.

Face à ce sinistre, le gouvernement de la Haute Autorité de Transition (HAT) avait mis sur pied un Conseil de crise dirigé par le président Andry Rajoelina. Le ministre de l’Intérieur, Masimana Manantsoa, alors patron du Bureau national de gestion des catastrophes (BNGRC), avait lancé un appel à la solidarité en faveur des victimes et avait annoncé une aide d’urgence composée de produits de première nécessité (PPN) et de matériaux de construction, qui est parvenue en un temps record que les lieux du sinistre.

A l’époque, les vacances de l’Assomption étant toujours une haute saison touristique, nombreux ont été ceux qui crurent que la destination Foulpointe serait fermée durant les mois d’août et de septembre. Mais ce ne fut le cas. En effet, intervenant à la radio Don Bosco, le maire de la ville de Foulpointe a lancé un appel aux touristes nationaux et internationaux en leur disant qu’ils pouvaient venir plusieurs infrastructures d’accueil avaient tout de même été épargnées par le feu.

10 ans après, en ce mois d’août 2019, la RN 5 fait l’objet d’une réhabilitation. En effet, jusqu’à présent, il faut bien 3 heures pour effectuer un trajet d’une cinquantaine de kilomètres. L’année 2020 semble bien être celle de la relance touristique à Madagascar. Croisons les doigts de pieds…

Jeannot Ramambazafy

Lire aussi