La Gazette de la grande ile

Filière Or : Kraoma doit rendre des comptes

Publié le 21 août 2019

Fidiniavo Ravokatra, actuel Ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, est en guerre contre les orpailleurs hors-la-loi, qu’ils soient Malgaches, Français, Sénégalais, Chinois, Sri-lankais, Mauriciens, Américains, Thaïlandais, Guinéens, Maliens et autres. C’est bien et c’est courageux de la part du Ministre, même s’il aura peu de résultats comme ses prédécesseurs qui, avant lui, ont eu l’intention d’assainir la filière or. Dans cet esprit, le Ministre Fidiniavo Ravokatra remet sur le tapis l’installation du fameux Comptoir de l’Or dont les réserves seront logées à la Banque Centrale et permettront de donner un coup de fouet à l’Ariary. Il faut savoir que les réserves d’or officielles sont ridiculement basses en comparaison aux quantités réellement extraites. Le Ministre a promis des mesures drastiques. On connaît la chanson. Comme à l’accoutumée, quelques sites d’exploitation seront fermés et quelques opérateurs seront condamnés, avant que le trafic ne reprenne de plus belle. Si le Ministre Fidiniavo Ravokatra veut être crédible dans sa volonté affichée de nettoyer le secteur, il doit commencer par exiger que toute la lumière soit faite sur l’exploitation aurifère réalisée par la société Kraoma Mining, dans laquelle l’Etat Malagasy possède une participation. Quelle quantité d’or a été accumulée par Kraomita Malagasy pendant des décennies et où se trouve t-il ? La logique voudrait que le stock d’or soit inscrit dans ses livres comptables et mis en sécurité dans une banque primaire ou la Banque Centrale. Malheureusement, la transparence n’est pas le fort de Nirina Rakotomanantsoa, Directeur Général intérimaire de Kraoma Mining, en remplacement de Jaobarison Randrianarivony. Il tarde à rendre public le résultat de l’audit. Il doit avoir bien des choses à se reprocher s’il ne souhaite pas se prononcer sur le niveau du stock d’or de Kraoma Mining. On se demande pourquoi la direction générale de Kraoma Mining a été confiée à Nirina Rakotomanantsoa alors qu’il a été maintes fois écarté des hautes sphères du pouvoir en raison d’actes de mauvaise gestion.

Lola R. et PN

Lire aussi