La Gazette de la grande ile

Election à la FMF : Raoul Rabekoto favori !

Publié le 23 août 2019

Exit les politiques ! C’est le crédo entonné par les férus du football à quelques jours de l’élection du président de la FMF (fédération malgache de football) et du comité exécutif de cette instance. Tenue tous les 4 ans, cette élection n’a jamais aussi passionné les politiques et le public après le succès des Barea à la CAN et l’enthousiasme national que cela a provoqué qu’on veut nourrir, les uns pour le football et la nation, les autres pour leurs objectifs politiques. C’est de cette dernière catégorie que les amoureux du football ont peur. D’autant plus que parmi les 5 candidats à la présidence de la FMF, il y a des politiciens et des moindres.

Il y a d’abord Doda Andriamiasasoa. Président fondateur de l’ancien club DSA (Domoinan’i Soavina Atsimondrano), il a intégré par la suite la fédération et fut dernièrement vice-président de la FMF. Il a assuré l’intérim du président quand Ahmad fut élu président la CAF. En plus de sa carrière au sein du football, Doda Andrimiasasoa est surtout connu dans le milieu politique. Il est réputé proche de l’épouse de l’Amiral Didier Ratsiraka et on le prête comme le sponsor du parti présidentiel Arema dans le temps. A la chute de Didier Ratsiraka, il était hors du circuit car en froid avec Marc Ravalomanana à cause d’un litige foncier à Andranomanelatra Antsirabe. C’est son frère qui prend la relève et se fait élire maire indépendant de la commune rurale d’Ambanitsena sur la route de Toamasina. Il prend les destinées de ce village à l’avènement et sous les couleurs du HVM. Mais au retour d’Andry Rajoelina, il affirme officiellement son soutien au futur président de la République en envoyant des  habitants de la commune au grand meeting pré-électoral tenu à Manjakandriana. Depuis, il a rejoint le Mapar et se faire élire député à l’Assemblée nationale.

Il y a aussi Neypatraiky Rakotomamonjy.  Il est également membre de l’équipe sortante de la FMF. Il est connu pour être proche du président Ahmad. On dit qu’à son retour de l’extérieur où il a passé ses études supérieures, c’est  Ahmad qui l’avait accueilli chez lui. Tous les deux furent nommés dans le premier gouvernement Rajaonarimampianina, Neypatraiky Rakotomamonjy étant ministre des Postes et Télécommunications. Comme la plupart des ministres et personnalités nommées au sein de l’administration Rajaonarimampianina, il a rejoint le parti HVM. A la chute du régime, il n’a pas retourné sa veste comme d’autres l’ont fait. Le HVM n’existant plus virtuellement, il n’a pas pour autant abandonné la politique et s’est fait élire député en tant qu’indépendant.

L’autre politicien candidat est Heriniaina Rasoarimaka. Président fondateur du club Tana Formation, il n’est autre que le secrétaire général du parti Mapar. Notre ami Jeannot Ramambazafy rapporte qu’il a démissionné de ce poste rien que pour se défaire de l’étiquette politique pour cette élection. Hier sur une station privée de radio, il s’est insurgé en faisant remarquer qu’« il y a d’autres politiciens candidats, pourquoi on ne s’en prend qu’à moi ? ». Au cours de cette intervention, il a affirmé haut et fort qu’en se faisant élire à la tête de la fédération, il contribuera à la vision n° 13 d’Andry Rajoelina. . Déclarant que le football ne pourrait se séparer de la politique, il n’a jamais démenti ce que Jeannot Ramambazafy a dénoncé : la combine avec Briand Andrianirina qui ferait des pieds et des mains pour faire élire M. Rasoarimaka en contrepartie de de la levée de l’interdiction de sortie frappant l’ancien PCA de l’Artec. A tort ou à raison, certains pensent que M. Andrianirina utiliserait une partie des 6 milliards d’ariary détournés avec l’ancien ministre des Postes et Télécommunications, Jean de Dieu Maharanty, pour  essayer d’acheter le vote des électeurs. Le Bianco sera-t-il présent à Ifaty où se tiendra l’élection ?

Toujours est-il que s’il ne tenait qu’au public, il n’aurait pas retenu de ces 3 politiciens candidats. Mais le Comité de normalisation n’a pas pu faire autrement mais si le collège s’en tient strictement aux statuts de la FIFA, il ne choissirait qu’entre Mohammad Abdillah et Raoul Arizaka Rabekoto. Mais sans manquer de respect à l’arbitre international, l’expérience respective des deux personnalités dans le monde du football fait que l’ancien DG de la Cnaps part largement favori.

Si Mohamad Abdillah a embrassé la carrière d’arbitre, Raoul Rabekoto dirige l’un des plus grands clubs du pays qu’est la Cnaps Sports. Ce juge de la cour des comptes doublé d’un gestionnaire a ensuite rejoint la FMF où il a déjà postulé à la présidence du temps d’Ahmad. Vice-président sortant de la fédération, il est aussi juge disciplinaire de la CAF et durant le dernier tournoi en Egypte, il a trouvé des contacts avec les différents pays  pour des échanges en matière de formation et de matchs amicaux dont on a beaucoup besoin. Ces échanges figurent parmi le riche programme de M. Rabekoto qui mise beaucoup sur la formation des dirigeants à tous les niveaux, mais aussi des joueurs et des arbitres ainsi que la construction des infrastructures. Le complexe sportif de la Cnaps à Votonvorona  témoigne de la capacité du candidat à agir. Raoul Arizaka Rabekoto ne prétend pas conduire seul le football sur le chemin du développement. L’homme d’ouverture et de dialogue promet qu’au lendemain de son élection, il organisera une conférence nationale sur le football.

Sa

Lire aussi