La Gazette de la grande ile

Kolo anaka : DE LA FATIGUE A LA DEPRESSION  (8ème partie)

Publié le 11 septembre 2019

21- Docteur Raharison, pour vous qu’est-ce qu’on appelle insomnie ?

Je tiens à rappeler que le sommeil participe à l’équilibre d’un individu que ce soit physique, biologique mais aussi psychologique voire mental.

Selon une première considération, l’insomnie est d’abord une question de qualité de sommeil. Il y a des gens qui dorment peu mais ne s’en plaignent pas et ceux qui dorment beaucoup mais n’en sont pas satisfaits. Théoriquement, le besoin minimum de sommeil d’un adulte est de 6 heures mais si la personne dort moins, mais qu’au réveil elle est reposée et bien alerte, alors on ne parle pas d’insomnie.

Sous un autre angle, l’insomnie est essentiellement un problème d’éveil !… Car pratiquement, ne pas pouvoir dormir est une chose. C’est le fait d’être dans son lit et de rester éveillé pendant une durée plus ou moins prolongée qui peut poser problème chez l’une ou l’autre personne !… Si vous, vous allez en profiter pour lire ou prendre votre mal en patience, votre ami peut-être va de suite s’inquiéter et avoir plus de difficulté. Mais jusque-là, on parlerait d’insomnie occasionnelle, ce qui est un phénomène accidentel et peut survenir chez n’importe qui. Par contre pour plusieurs raisons, il peut y avoir répétition voire chronicisation et là on parle d’une vraie insomnie. Et on y reviendra et on va pouvoir s’y étendre davantage au fur et à mesure de notre article.

22- Faut-il comprendre que l’insomnie peut être liée à une éducation, une expérience de vie?

Oui bien sûr ! on a vu qu’il y a une partie d’ordre génétique qui règle notre horloge biologique. Par ailleurs, le sommeil est aussi lié à un contexte familial et à la manière comment on a été éduqué. Un enfant va plus facilement suivre les habitudes de ses parents. Il y a des familles qui sont plus « grasse matinée » et d’autres plus enclin à se lever tôt, soit par nécessité soit par philosophie de vie. Car la notion de transmission est tout aussi valable dans le cadre du sommeil. Et en termes de symboles, bien avant la crèche ou l’école maternelle, le moment du sommeil traduit la première séparation des parents avec son enfant. De fait implicitement, cela peut être un tournant dans la vie de l’enfant. Car au moment d’aller dormir, le parent est susceptible de faire passer à son enfant, ses propres doutes, craintes, angoisses et même ses peurs. Ou au contraire l’endormissement va plutôt véhiculer la confiance. Donc au pire, l’endormissement et même la nuit et tout ce qu’elle représente, va devenir un moment difficile, un instant de solitude voire d’abandon pour cet enfant et même pour l’adulte en devenir. Au mieux, avec le rituel que les parents vont réussir à mettre en place, le rapport que l’enfant va avoir avec le sommeil et la nuit en général va plutôt être positif.

 

(A suivre)

Recueilli par Tatiana

 

Lire aussi