La Gazette de la grande ile

Pétanque – FSBM : Dolys laisse la place au ministère

Publié le 13 septembre 2019

Après avoir tout tenté pour sauver la pétanque malgache mais en vain, Randriamarohaja Dolys, le président de la Fédération Sport Boule de Madagascar (FSBM), le seul reconnu par la fédération internationale de pétanque pour diriger ce sport dans la Grande île a décidé de se retirer et de laisser la place au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS).

Hier en début d’après-midi, Dolys (pour les intimes) a convoqué la presse sportive, lors d’une conférence de presse au Motel d’Anosy, pour faire part aux journalistes de cette décision.

Rappelons qu’à l’origine de cette déception, la lettre de madame la Directrice Générale des sports (DGS) en date du 9 septembre 2019 dont l’objet est le retrait de Certificat de Conformité et Attestation de Fonction de M. Razafindrainony Béryl (président de la fédération malgache de pétanque) (FMP). Une lettre suivie  24 heures plus tard par une Attestation, le 10 septembre 2019, signée par la même DGS, attestant que M. Randriamarohaja Dolys, Mme Rakotoarivelo Irma Juliette et M. Amir Moez Amidou représenteront désormais la discipline pétanque à Madagascar et que ces personnes ont pour mission de gérer l’affaire courante au niveau national et international de la discipline et de mettre en place la Fédération Malagasy de Pétanque (FMP), et ses structures décentralisées (Clubs, Sections, Ligues) par le biais d’une élection démocratique et transparente.

Dès la connaissance des dites lettres, le président désigné par la fédération internationale de la FSBM, M. Randriamarohaja Dolys, a saisi la fédération internationale de pétanque et Jeu Provençal (FIPJP).

Par sa lettre postée de Paris et en date du 11 septembre 2019, grande fut la surprise du président de la fédération internationale sur les dites lettres du DGS. Et le président de la FIPJP, Claude Azéma, n’y va pas par quatre chemins pour dénoncer le manque de connaissances juridiques sur le plan du droit sportif international de l’auteur des dites lettres. Et au président de la fédération internationale, Claude Azéma d’enfoncer le clou en déclarant dans sa lettre en date du 11 septembre 2019 que la position du FIPJP est que : « Peu importe que vous retiriez une délégation donnée à la fédération malgache de pétanque. Peu importe que vous retiriez l’attestation de fonction à son ancien président puisque pour la FIPJP, il est exclu de toute activité à vie ». Pour la FIPJP, toutes ces lettres du DGS ne sont en fait que des mesures internes qui n’ont ni « conséquences » ni « influences»  sur la fédération internationale. Et à Claude Azéma dans sa lettre en date du 11septembre 2019 de répéter que : « Qu’une fédération internationale n’a besoin d’aucune reconnaissance, par un pays (Madagascar), du groupement qu’elle retient comme membre et auquel elle donne délégation ».

En guise de conclusion dans sa lettre du 11 septembre 2019, le président de la fédération internationale, Claude Azéma, a clairement déclarée que les notes du DGS : « Constituent incontestablement une ingérence au sens où il faut entendre ce terme ».

Ainsi, face à l’obstination du DGS dans ses lettres en date du 9 septembre et du 10 septembre 2019 qui s’entête à ne pas reconnaitre la FSBM, la seule recommandée par la fédération internationale, le président désigné par la FIPJP pour représenter la pétanque malgache dans la Grande île a décidé de laisser la place au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS). D’autant que, selon Randriamarohaja Dolys hier au Motel d’Anosy, lui et ses collaborateurs ont été accusés par certains responsables du MJS de manquer de connaissance et de ne pas étudier la législation sportive à Madagascar.

Pour conclure et selon la déclaration de Randriamarohaja Dolys hier au Motel d’Anosy, désormais, il et ses collaborateurs de la FSBM laissent la place au ministère (MJS) de faire l’engagement de Madagascar pour les prochains championnats du monde féminins et juniors de Cambodge dont la date limite est le 15 septembre. Dans la même foulée, Dolys et les membres de la FSBM laissent la place au ministère (MJS) de faire la sélection de nos représentants à ces championnats du monde et de faire la préparation et la participation de ces représentants à ce sommet mondial de Cambodge.

En un mot, Dolys a laissé entendre hier que désormais dans la gestion de la pétanque à Madagascar, il ne faut plus compter sur lui. Il a déjà laissé la place aux autres et que dorénavant, la balle est dans le camp du ministère (MJS).

F.A.R

Lire aussi