La Gazette de la grande ile

Action pour l’environnement : Incompétence ou indifférence ?

Publié le 03 octobre 2019

La Grande Ile est sur le point de perdre (complètement) ses forêts. Rappelons-le, c’est 200 000 ha de notre superficie qui partent en fumée, chaque année. Ce qui est catastrophique, autant que l’on n’a même pas le contrôle sur les aires protégées. Des aires, qui par définition, est « un espace géographique clairement défini, reconnu, dédié et géré, par des moyens légaux ou autres, afin de favoriser la conservation à long terme de la nature et des services écosystémiques et des valeurs culturelles qui y sont liées ». Certes les aires protégées, comme son nom l’indique, sont dédiées à être conservées. Ce qui n’est indéniablement pas le cas.

Alors comment les responsables seront-ils en mesure de gérer les forêts « ordinaires » qui ne bénéficient même pas de ce statut ? L’on craint même qu’ils seraient de mèche avec ces compagnies qui ont le bras long et qui se croient tout permettre. Ce qui est le cas, il faut l’avouer.

Et ce n’est qu’après le scandale du feu au parc national d’Ankarafantsika que les responsables font mine de faire son boulot en arrêtant un groupe de personnes dans l’aire protégée Antimena du Menabe. Mais vu la dégradation légendaire des forêts partout dans le pays, l’arrestation n’auraient pas dû toucher que 13 personnes.

Alors il faut arrêter de berner tout le monde avec la « conviction » bidon de transformer le pays en île verte. Car si l’initiative s’était avérée, l’on se préoccuperait tout d’abord de ce qu’on a au lieu de tromper les gens avec un défi irréalisable, en tout cas avec une telle incompétence et indifférence.

A.N.

Lire aussi