La Gazette de la grande ile

Sécurité des consommateurs : Mayotte interdit aussi la vente des marmites malgaches

Publié le 15 octobre 2019

Mayotte vient, elle aussi, d’interdire la vente des marmites en provenance des fonderies malgaches pour la même raison qui a poussé sa voisine, La Réunion à bannir les articles (notamment les marmites, poêles et louches) sur le marché. A titre de rappel, La Réunion a interdit la mise sur le marché de ces produits le 23 septembre dernier car le plomb libéré dans les aliments serait 3 à 4 600 fois supérieures à la limite autorisée. Il s’avère également que « Ces ustensiles pourraient favoriser une intoxication au plomb, ce qui peut avoir des effets sur le système nerveux, notamment chez les enfants avec des retards du développement mental, sur les fonctions rénales et le système cardio-vasculaire ». Mayotte n’a pas attendu longtemps et exactement 3 semaines après la mise en garde de la DIECCTE Réunion, les autorités mahoraises alertent aussi les consommateurs et professionnels dans l’utilisation des ustensiles de cuisine malgaches. « Il a été constaté par les agents du pôle, concurrence, consommation et répression des fraudes de la DIECCTE de Mayotte la présence sur le marché mahorais d’ustensiles en provenance de Madagascar identiques et similaires à ceux prélevés par les services réunionnais et analysés par le laboratoire national de Bordeaux. Par conséquent, à l’instar du préfet de la Réunion, le préfet de Mayotte a pris un arrêté en date du 10 octobre 2019 visant à suspendre la mise sur le marché des ustensiles de cuisine en aluminium en provenance de fonderies artisanales de Madagascar, et demandant le retrait du marché des produits concernés. Seuls les articles pour lesquels il aura été prouvé qu’ils sont conformes à la réglementation en vigueur ou ne présentent pas de danger pour la santé publique ou la sécurité des consommateurs pourront être remis sur le marché », souligne le communiqué. De son côté, la déclaration émanant du ministère malgache concerné est encore attendue. Celui-ci d’avancer, après la décision des autorités réunionnaises, que des études seront également menées afin de mettre cette situation au clair.

A.N.

Lire aussi