La Gazette de la grande ile

Chronique : Après les fusibles, les maillons faibles  du  gouvernement ?

Publié le 31 octobre 2019

L’opinion doit  se  satisfaire de ces seconds couteaux  et  ses lieutenants limogés  qui paient les  pots cassés à la  place des  responsables  des carences  et  des  complaisances  coupables à  propos des  dysfonctionnements flagrants  et des vraies-fausses pénuries de carburants  qui, pendant plusieurs dures  journées avait mis à mal les propriétaires de  véhicules  et les professionnels  des  transports. Si pour  sa part le président Andry  Rajoelina a été obligé de monter  au créneau pour  crever l’abcès,  c’est qu’il fallait le  faire en vertu  de la Constitution  en  vigueur en tant  que «garant  par son arbitrage, du fonctionnement régulier et continu des pouvoirs publics,(…) A la  face  du  reste  du monde, après cette récente «déclaration fracassante»   de  son  homologue français  de passage sous le soleil de ce  Canal  de  Mozambique qui  représente de  «grands  enjeux», tout en  évitant les mots  qui  fâchent Andry Rajoelina s’est  cantonné  dans  ses attributions constitutionnelles. Concernant «la sauvegarde et au respect de la souveraineté nationale tant à l’intérieur qu’à l’extérieur »,  il  faut être vraiment  sourd,  aveugle et de mauvaise foi pour  ne pas  tenir  compte de cette forme de patriotisme ciblée  que le  Chef de l’Etat  avait montré. Par un tweet,  le président Andry Rajoelina a réagi à cette sortie inattendue d’Emmanuel Macron. « Le respect de l’intégrité territoriale et la défense de nos intérêts passent par le dialogue », écrit-il.

Même si les  dépêches  des médias  internationaux  trouvent  que ces derniers  temps «l’ambiance est complètement différente »,  d’un  côté  comme  de l’autre pour Antananarivo la position  reste et  demeure : «les deux présidents souhaitent avancer.(…)  Dans la logique de la  déclaration  faite par le ministre des Affaires  Etrangères Naina Andriatsitohaina, recueillie au mois de  juin  dernier par  Jeanne Richard de RFI «on est davantage dans un esprit d’ouverture. On n’est pas campé sur nos positions. Il faut se mettre autour d’une table et commencer à aborder les problèmes de fond en dépassionnant les débats et ce qui est bon, c’est qu’ils se sont donnés une limite de temps qui est l’anniversaire de l’indépendance de Madagascar, en juin prochain, pour essayer de trouver une solution ». Surtout que la même  source  parisienne révèlent dans un article que  «Les îles Éparses, disputées à Madagascar, permettent à la France de disposer d’une zone économique maritime de plus de 600 000 km2, potentiellement riche en hydrocarbures.»… Il est  indéniable  que   les propos  d’Emmanuel Macron ont fait «réagir Rivo Rakotovao, président du Sénat malgache, échaudée par les pillages  de la  biodiversité (commerce illicite  des  bois  de  rose et l’exploitation abusive des  ressources halieutiques et minières) dans l’ensemble la population préfèrerait que les  dirigeants optent pour les idées du président  Français qui «a choisi d’envoyer un message en faveur de la protection de la biodiversité. »                   Le  quiproquo diplomatique prend sa  source  dans le retard né de la réaction de la partie malgache que l’inertie de Raymond  Ranjeva avec  les fonctions  de  juge à Cour Internationale  de la Justice de La  Haye jusqu’en 2009 avait  entraîné.  Ce n’est pas parce que ce prestigieux éminent académicien  a  tenté de  se justifier dans les  colonnes  de  JEUNE AFRIQUE  dans un entretien   du 14 juin 2019 que pour  autant il faut absoudre  et  fermer  les  yeux sur les  attitudes laxistes  de  certains  grands responsables mis  en place ici ou  ailleurs. Ne considérer que le  cas de  cet actuel  Premier ministre, expert dans le  secteur pétrolier durant cette pénurie artificielle qui  a malmené  tout un pays. Comment  expliquer le  couac catastrophique de l’approvisionnement en  carburants de  ces  derniers jours ? Administrer c’est prévoir, mais est-ce vraiment le rôle du Président de la  République  de rappeler à l’ordre le  GPM et les puissantes  compagnies pétrolières, après l’incontournable bras  de  fer et cet introuvable  entente sur cette mythique vérité des  prix ? C’est à  se  demander  si  quelque part, il  y aurait  entente  sournoise…Passons ! En matière d’insécurité, le  sang coule  et il  y  a plusieurs morts  dans le Sud. Ce  n’est pas  parce  que  le  général  Richard  Ravalomanana  aligne un  bilan  toujours  grandissant sur les  gendarmes  qu’il jette  en prison  qu’on  peut  dire qu’il y a efficacité. Pendant que  les protecteurs  des  bandits  en  cols  blancs  se  trouvent dans les  rangs  des  O.V.N.I (Officiers  Voleurs  Non Identifiés)…Que fait Ntsay Christian pour éviter le pire ? C’est trop  demander que  d’exiger  de lui  d’arrêter le massacre tribaliste ambiant et  de  cesser  de jouer à l’autruche ? L’eau  et l’électricité  donnent  du mal  aux  habitants… Mais  est-ce  la  bonne  solution  que  de  faire porter deux  chapeaux à un  Christian  Ramarolahy qui  a déjà  beaucoup de mal à  combler les  énormes trous  de  ses prédécesseurs  et  de voleurs  de l’OTIV ? Pourquoi  fermer les  yeux sur le ministre Georget qui jusqu’à  ce  jour  n’a pas montré ne  serait-ce  qu’un  début  d’efficacité  dans la  valorisation des  stocks  de  bois  de  rose au profit  du  budget  de l’Etat ? Pour ce  qui  concerne la  gestion de l’exploitation  minière, personne  ne peut dire  que  tout  va  bien  dans les meilleures  conditions. Le ministre   Ravokatra lui-même  est pointé  du  doigt ainsi  que  l’actuel  DG  de KRAOMA. Quant aux  départements  de la  Culture et  de la Communication,  ainsi  que  de la  Jeunesse et  du  Sport on  se  demande  toujours,  comment  se  fait-il  qu’après plus  de  6 mois  de mauvaise  gouvernance,  en haut lieu, la présence  de  ceux  qui  dirigent  ces  départements reste préoccupante pour plusieurs  raisons. Sont-ils réellement  incontournables ?  Andry  Rajoelina  veut-il  rester  encore  au pouvoir ? D’abord pour  ce  faire, il a  sérieusement intérêt à  faire le  vide autour  de lui  en  se  débarrassant  des maillons  faibles  et  des  traîtres en puissance…

Lire aussi