La Gazette de la grande ile

Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche : Tout planter au profit du … golf !

Publié le 06 novembre 2019

Les amis du ministre Lucien Fanomezantsoa, Ranarivelo et les partenaires du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche sont-ils finalement venus à la réunion conviée à la salle de réunion du ministère ? Notre président lui-même, Lola Rasoamaharo, qui est pourtant l’un des fondateurs de la Fédération malgache du golf a préféré ne pas faire le déplacement. Tant l’invitation ne paraissait pas sérieuse pour ne pas dire farfelue.

D’abord au niveau de la date, on a appelé les invités à la réunion pour le « mardi 04 novembre 2019 ». Malgré son âge avancé, le respecté « raiamandreny » Didier Ratsiraka ne s’est  pas trompé sur le jour de son anniversaire, le clairvoyant ministre lui a signé une lettre comportant une erreur monumentale sur la date du rendez-vous.

Ensuite, le ministre ne convoque pas une « réunion urgente de tous les partenaires du ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche » mais pour la promotion du …golf. Voici ce que rapporte notamment le ministre Ranarivelo :  « le développement de l’économie de Madagascar est basé sur la participation active de tous les acteurs des trois secteurs (primaires, secondaires et tertiaires). Le tourisme est une des activités économiques les plus importantes pour Madagascar. Il est un des premiers pourvoyeurs de devises du pays et contribue à l’amélioration de la visibilité de Madagascar.  Actuellement, le tourisme sportif connaît un essor considérable. L’organisation d’un tournoi international de Golf de haut niveau et professionnel, pour la première fois, va certainement contribuer à la promotion d’une autre image d’un Madagascar qui ambitionne de devenir un pays émergent. Conscient de la nécessité de la collaboration entre secteurs afin d’associer sport et économie, mon département a signé récemment un protocole d’accord de collaboration avec la Fédération Malagasy de GOLF. Ainsi, j’ai l’honneur de vous informer de la tenue d’une séance d’information sur les détails de ce protocole d’accord. Elle se déroulera en date du mardi 4 novembre 2019 à partir de 15H00 à la salle de réunion du Ministère à Anosy ».

A priori, tout ce que la lettre dit est bien fondée. Seulement, c’aurait été plus compréhensible de la part d’un ministre du Tourisme et/ou des Sports mais non point d’un ministre du secteur primaire.  Lucien Ranarivelo croit-il ses collègues Joel Randriamandranto du Tourisme et Tinoka Roberto des Sports incapables d’une telle initiative ? Sinon, y a-t-il mésentente entre ces trois membres du gouvernement ?

En tout cas, les premiers commentaires  de la classe politique et du milieu du golf déplorent qu’« au bout de neuf mois passé à la tête d’un super grand ministère, le ministre ne croit pas que l’émergence de Madagascar passera par l’agriculture, l’élevage ni la pêche mais plutôt par le golf ». On remarquera d’ailleurs qu’en dépit de l’alerte de la FAO et de l’Union européenne sur l’existence d’un million d’habitants en situation de crise alimentaire, aucune action n’est prise par ce ministère. Pareillement face à la sécheresse alors que ce ministère ambitionne d’augmenter de 500 000 T la production rizicole. Pire, on va remblayer 1000 ha de rizières à Ambohitrimanjaka sans que le ministère de l’Agriculture pipe mot sur les mesures de substitution.

Dans le domaine de l’élevage, les puces d’identification des zébus annoncés par le président Rajoelina sont restés littéralement lettre morte. Tandis qu’au niveau de la pêche, le ministre Ranarivelo ne peut pratiquement rien faire devant les licences distribuées comme des petits pains moyennant on ne sait quoi par son prédécesseur, un certain Augustin Andriamananoro. La grande braderie est telle que les accords de pêche avec l’Union européenne ont piétiné et n’ont pas pu être signés jusqu’à présent, privant Madagascar de plusieurs millions d’euros au moment où la population meure de faim.

Bref, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ne pouvait-il plus rien faire dans son tourisme que pour se rendre utile, il se tourne vers le golf ? D’après les informations recueillies au sein même de ce ministère, les DG et directeurs seraient rarement présents car souvent en tournée, « comme s’il n’y avait rien à faire au ministère». Certains seraient partis en mission durant 10 jours au Maroc, pays touristique et golfiste par excellence.  Etaient-ils envoyés là-bas pour  pouvoir mieux éclairer le ministre sur le tourisme et le golf ?

Sa

Lire aussi