La Gazette de la grande ile

Edito : Les coupures persistent …

Publié le 11 novembre 2019

Les coupures d’électricité dans la capitale n’ont pas cessé jusqu’à maintenant. Une panne technique au niveau de la centrale de Mandraka est à l’origine des coupures de courant touchant le réseau interconnecté d’Antananarivo jusqu’à Antsirabe, selon la Jirama. Cette panne a engendré un gap de 24 MW de la production électrique. Le délestage est devenu quotidien dans plusieurs quartiers d’Antananarivo et ses environs et la population tananarivienne s’en plaint, notamment les sociétés dépendant de l’électricité. Ce sont les gens vivant de petits métiers qui ont besoin de l’électricité qui en paient le prix fort comme les petites gargotes utilisant un réfrigérateur, les commerçants de jus naturel, les ateliers de soudure, les salons de coiffure, les cyber-café, etc. Par ailleurs, ces coupures successives engendrent également la destruction des matériels. Certes, on dirait que la Jirama se fiche pas mal des conséquences résultant des coupures d’électricité. Aucune mesure n’a été prise dans la résolution du délestage dans la capitale et la Jirama trouve toujours des excuses pour faire taire la population. Toutefois, le conseil des ministres révèle que cette société d’Etat devra désormais être gérée comme une société privée où un audit organisationnel et financier régulier est programmé. Cet audit sera réalisé par un cabinet, certainement privé, en collaboration avec la Cour des comptes et les inspecteurs généraux de l’Etat (IGE). Cela implique incontestablement la mise en place d’un chronogramme de redressement de cette société malgache de production d’énergie électrique et de distribution d’eau. On parle toujours d’un assainissement de la gestion au sein de cette société d’Etat, mais jusqu’ici la population attend ses impacts au niveau de chaque ménage.

N.A

Lire aussi